Partagez | 
 

 Il y a une ombre dans le vent, je crois qu'une tragédie m'attend. [Hally]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité

Invité







MessageSujet: Il y a une ombre dans le vent, je crois qu'une tragédie m'attend. [Hally]   Sam 7 Oct - 17:38


Halloween Wonder Skellington

"Il y a sûrement une façon logique d'expliquer cette fête bizarre." Jack Skellington


Informations

• Nom : Skellington
• Prénom(s) : Halloween Wonder dit Hally
• Age : 25 ans
• Conte : L'Etrange Noël de Monsieur Jack et Alice au Pays des Merveilles
• Rang : Groupe : Rotten to the core Rang : Halloween Girl
• Capacités : Grâce à mon cher grand père paternel, moi et mon frère avons le pouvoir de faire certaines choses. Comme notamment de disparaître à volonté et de soigner les blessures de Bandersnatch. On a également une bonne ouïe et un bon odorat, même si pour ma part l'odorat commence à se faire vieux !
• Situation matrimoniale : Célibatairement enceinte !
• Orientation sexuelle : Pansexuelle (parce que c'est la mode /PAN/)
• Un petit secret que personne ne connait ? : Je ne sais pas qui est le père de mes enfants x)
• Feat : Katy Perry

Anecdotes

Je me suis laissée tatouer une fraise sur la cheville par mon premier petit copain ●  J'ai été punk et tagueuse de voiture ●  J'ai su la première que mon frère était différent ●  Lors d'un cambriolage, quand j'étais jeune, je suis passée à travers une fenêtre pour m'enfuir et je garde une petite cicatrice de cette soirée sous le sein gauche ●  Quand j'étais au lycée, j'étais la terreur de l'administration. Toujours absente, je séchais les cours, taguais les murs, je me battais dans la cours et fumais dans les toilettes. Et ça, c'est la version censurée. ●  J'avais 17 ans, mon frère 7 et pourtant des brutes voulais quand même s'en prendre à lui. Ils étaient au moins quatre ! J'en ai rétamé deux à coup de barre en fer mais les deux derniers ne m'ont pas raté ! J'ai passer quelques jours à l’hôpital à cause de côtes cassées.●  J'ai perdu ma virginité pendant un bain de minuit ●  Mes amis étaient des enfants de méchants, forcément. Pourtant je voyais qu'il n'y a vaut pas que de le méchanceté en eux. Pour certain, ils étaient simplement le résultat de capotes défaillantes  et les voici condamnée à porter cette étiquette qui ne les lâchera plus jamais. Heureusement dans mon groupe on était assez solidaires, on était le groupe des Esprits Frappeurs, genre on débarque, on saccage et on détruit mais dans le fond on ne fait pas de mal. Perso je n'ai jamais braqué une vieille ou tabasser quelqu'un de plus faible que moi. Par contre, j'en ai cramé des voitures !●  J'ai le téton droit perçé.  ●  Info ●  Info ●  Info ●  Info ●  



Caractères
Je pense être assez drôle, ne me demandait pas pourquoi. Je crois que c'est de famille, en tout cas, je sais que je fais beaucoup rire les autres et il m'arrive de me faire rire toute seule ! - J'ai toujours le sourire ! En même temps, pourquoi pas ? Je pense qu'il vaut mieux répandre le sourire que la maladie ! Donc s'il vous plait, mettez la main devant la bouche quand vous toussez et faite un grand sourire après ! - Je suis sociable car je n'aime pas être seule. Je pense que ça aussi c'est dû à ma famille... Mais je n'aime pas être seule, j'aime être entourée même si c'est de mauvaises personnes.... Cela explique sans doute l'état dans lequel je me trouve en ce moment... A force de vouloir dire bonjour à tout le monde, on tombe enceinte de n'importe qui ! - J'avoue, je suis capricieuse ! Quand je veux un truc, il faut que je l'ai par tout les moyens ! Je peux pleurer et me rouler en boule parterre en hurlant ! Bas'le'c ! Encore plus maintenant que je suis enceinte, j'ai de ces envies ! - Malgré tout, j'ai gardé mon âme d'enfant, c'est sans doute pour ça que je fais plus jeune que mon âge. Je peux vraiment me conduire comme une enfant. Est-ce que c'est parce que je veux pas vieillir ? Ou simplement parce que j'ai le sentiment d'être passée à coté de mon enfance ? Aucune idée, en tout cas, je sais que rien ne m'empêchera de sauter dans un château gonflable remplis de boules ! - Comme on dit, j'ai le cœur sur la main ! J'ai toujours donné de mon temps à mon frère. Il est ma raison de vivre, pour moi, si je suis née avant lui c'est justement pour pouvoir m'occuper de lui. C'est mon frère, je ne peux pas faire autrement qu'être là ! Mais ne vous inquiétez pas jeunes mendiants, j'ai également suffisamment de temps pour vous ! - Ca ne me dérange pas de rendre service, donc je pense être assez serviable. Mon problème, c'est que je peux très vite être la bonne poire sans m'en rendre compte.... Mais croyez bien que le jour où je m'en rend compte, ça risque de saigner ! - Je suis assez colérique, il est vrai que je m'emporte très vite. Là encore, je ne saurais vous dire pourquoi donc je vais dire que c'est un truc de famille - Je suis susceptible.... Vous allez me dire un truc un jour, ça va me faire rire, le lendemain, ça va hyper me vexer ! C'est comme ça, et pareil, vaut mieux pas me vexer car sinon vous aurait à faire à la Hally de pas bonne humeur - Je suis bruyante, pas en mangeant ou ce genre de choses, mais en règle générale. Je ne sais pas comment l'explique, je pense qu'il faut le voir pour comprendre ! - On me traite d'excentrique ! Moi ! Non mais je rêve ! Non mais alors là.... Allô quoi ! - J'adore être effrayante ! J'adore Halloween ! Je pense que c'est assez évident, mais quand même au cas ou vous vous poseriez la question, pour moi Halloween c'est pas de la rigolade, c'est pas juste on tape aux portes avec des déguisements pourris ! C'est on customise toute la baraques avec des trucs de fous et on terrifie le premier pisseux qui ose frapper à la porte jusqu'à ce qu'il vomisse en pleurant sa bonbonne de mère ! ... Désolée... Je me suis emportée...  - Je suis très maternelle ! Une fois encore, je me suis toujours occupée de mon frère, moi, le premier qui touche à mon frère je le tue.  - J'ai l'air soit toute gentille et mignonne, soit complètement timbrée ! Mais quoi qu'il en soit, je suis toujours bienveillante ! Je ne peux pas laisser un enfant seul dans la rue, je peux pas laisser une mamie traverser seule. Je ne le fais pas pour avoir quelque chose en retour, ou pour avoir l'âme d'une bonne samaritaine. Je le fais simplement parce que je suis comme ça, si je ne le fais pas je vous assure que la culpabilité me rendra malade ! - En tant que grande sœur, je suis assez autoritaire. C'est moi qui commande, c'est comme ça et pas autrement ! - Pareil, le fait d'être la grande sœur d'un enfant autiste nécessite un minimum d'organisation - Je suis également prudente, je suis bientôt maintenant presque maman, je ne peux plus prendre de risques inconsidérés...  - Je suis parano... Mais je pense que c'est dû à mon ancienne vie d'ado punk - J'ai toujours cru que j'étais stupide... Le genre de stupidité qu'on peut trouver au Pays des Merveilles, mais je pense pas, je pense que je suis intelligente ! Fin... le minimum quoi. - Je suis très curieuse mais je pense que ça tout le monde s'en fou ! - Je suis une grosse commère ! En plus je travaille dans une pâtisserie donc je peux vous assurer que je sais pas mal de chose !  - Je réfléchis beaucoup, je ne le fais pas exprès, des fois je réfléchis trop alors ça me rend colérique ou susceptible ou me faire culpabiliser.... fin bref, je réfléchis trop ! Ca me fait devenir folle parfois ! - Égoïste, je pense que ça c'est grâce à mon père et à mon grand père...  - Je suis une grosse bosseuse ! J'ai pas le choix, si je pouvoir entretenir mon frère et nourrir mes futurs enfants il faut bien que je me bouge les fesses !
Vie Irl
Bonjour, je m'appelle Cynthia et j'ai fraîchement 23 ans (oui parce que mon anniversaire c'était le 27 septembre !) et j'adore ce forum pour son contexte et j'adore Disney ! Deux bonnes raisons qui font que me voici *-* Je suis très gentille même si un peu bizarre (qui ne l'est pas en même temps !) mais je suis très gentille ! Merde.... Je l'ai déjà dis. J'adore ce qui fait peur mais pas trop quand même parce que je suis une petite fille fragile xD Je ne bois que du coca, on s'en fou mais voilà, c'est dit ._. Et si je devais avoir un petit mot pour la fin, ca serait forcément : Hakuna Matata Cool

Katy PerryHally W. Skellington
Code:
<pris>Katy Perry</pris> ➤ <i>Hally W. Skellington</i>

Hally W. Skellington Petite fille de Jack & Sally Skellington et Alice Liddell & Le Chat du Cheshire
Code:
<pris>Hally W. Skellington</pris> ➤ <i>(Petite fille de Jack & Sally Skellington et Alice Liddell & Le Chat du Cheshire)</i>



codage by Sybline



Jack & Sally

"J'aimerai te prendre par la main et t'emmener vers les étoiles..." Jack Skellington


C'était il y a longtemps. Bien plus qu'il n'y parait au cœur d'un univers dont les enfants rêvaient. Et un jour arriva cette étrange aventure dans le monde des fêtes, présentes et futures. Vous êtes vous demandés d'où provenaient les fêtes ? Non ? Alors suivez-moi.

Jack est un squelette qui vit à Halloween Town, je suppose que son nom ne vous est pas inconnu. Je ne suis pas vraiment là pour vous conter son histoire à lui mais plutôt l'histoire époustouflante qu'il a vécue avec sa chère et tendre après celle que tout le monde connait.

Si vous voulez tout savoir, Jack n'a pas toujours été le joyeux petit plaisantin que tout le monde connait. C'est un homme égoïste qui peut se montrer méchant. Quand il a une idée dans la tête il ne l'a pas ailleurs et fera tout pour la mettre à exécution. Il est paranoïaque et obsessionnel, il est autoritaire et insensible à tout ce qui peut arriver autour de lui tant que tout se passe comme il l'a prévu. Vous vous souvenez du coup qu'il a fait parce qu'il voulait fêter Noël ? Peut être n'étais-ce pas important pour vous, vous deviez vous dire "Pauvre Jack qui voulait simplement mettre un peu de lumière dans sa vie !" ? Tout faut ! Jack est un putain d'égoïste qui n'a pas pensé une seule seconde aux conséquences de ses actes !

Considérant que sa volonté devait être faite, il profita de sa notoriété dans la ville pour obliger les gens à participer à son massacre. Un massacre oui, car on parle de kidnapping, d'usurpation d'identité, envoie de colis dangereux et mise en danger d'une icône des fêtes ! Et encore, je vous dis simplement ça pour ne pas entrer dans les détails mais je ne peux pas non plus fermer les yeux sur ce qu'il a fait. Et je ne peux pas non plus vous laisser croire que Jack Skellington est un squelette que l'on voudrait avoir chez soi. Non. Je ne suis peut être pas là pour vous faire son procès, mais en tout cas je suis ici pour vous raconter la vérité. Et la seule vérité à propos de ce sac d'os, c'est qu'il est amoureux de Sally. Le problème des gens égoïstes, c'est qu'ils mettent plus de temps que les gens normaux, à se rendre compte que d'autre être humain existent et qu'ils pourraient avoir besoin d'eux. Donc Jack a mit bien du temps avant de se rendre compte de ses sentiments pour Sally et tout autant pour se rendre compte que c'était réciproque.

Pourtant, la jolie rousse l'avait prévenue des dangers que Jack allait prendre en voulant jouer les Père Noël. A l'inverse de Jack, Sally est bienveillante et réfléchie. Elle ne veut pas prendre de risques inconsidérés, tout ce qu'elle veut c'est vivre son amour au grand jour. Alors pourquoi aimer quelqu'un comme Jack ? Quelqu'un de si nombriliste qui ne lui accorde pas un regard à part pour lui demander de coudre ou de cuisiner ? Parce que c'est la même histoire veille comme le monde depuis des centaines et des centaines d'années. Celle d'une fille gentille et légèrement paumée qui tombe amoureuse du bad boy de son quartier pensant qu'elle pourrait le changer parce que tu comprends "on est tellement différent et pourtant on se complète tellement" que forcément ! Pourquoi aimer un homme honnête et gentil quand on peut aimer le seul et l'unique bâtard d'enfoiré Jack Skellington ? Comme dirait ma mère, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué !

Comme je le disais, une histoire aussi vieille que le monde, je pense que c'est dans la nature des filles de vouloir se mettre des bâtons dans les roues du bonheur. On ne se sent pas pleinement heureuses tant qu'on a pas trouvé un bon bâtard qui va nous faire souffrir pour qu'on ai la satisfaction d'aller pleurer chez nos copines en mode pyjama partie afin de dire "T'as vu ce bâtard il m'a quitté !" et que tes copines te répondent "T'as trop raison ma chérie chou d'amour ! C'est trop un bâtard mais t'inquiète on est là nous !" bhein ouais ! Osez me dire que vous ne l'avez pas vous même vécu ? C'est bien ce que je pensais. Donc Sally ne se soustrait pas à la règle et a bien passées des soirées chez des filles du quartier à se plaindre du comportement de Jack "Est ce qu'il m'aime ou pas ? Et s'il m'aime pas ? Je vais me jeter du haut de la tour !" et autre mots d'amour.

Leur relation n'a pas été facile ni de tout repos. Après le coup du Perce Oreille, Jack avait le moral dans les chaussettes et il avait vraiment besoin d'une épaule solide sur laquelle compter et croyait bien que Sally n'a pas laissé passer la chance de sa vie ! Elle était aux premières loges pour voir la chute de Jack et elle était présente à chaque instant après ça, refusant de le laisser seul. C'est beau un amour aussi sincère pour une personne qui le mérite pas !

Sally est partie vivre chez son amour de jeunesse. Et oui, qu'est ce que vous croyez ? Que son amour date d'hier ? Bien sûr que non, l'amour véritable germe pendant des années avant de pouvoir éclore et s'épanouir ! Quand on devient la femme de Jack Skellington, ce n'est pas de tout repos. Après l'échec de Noël, Jack est devenu encore plus morose qu'il ne l'était déjà. Il était désagréable, presque méprisant envers Sally. Jamais satisfait, jamais souriant, il n'était clairement plus le même et mit du temps à savoir ce qu'il voulait faire du reste de son existence. Pas sa femme. Elle, elle savait déjà. Elle savait depuis le début. Tout ce qu'elle demandait, c'est qu'il l'aime, qu'ils vivent heureux avec une famille. Pourquoi le bonheur simple ne lui suffisait-il pas ? Ce n'était pas faute d'essayer, elle veillait toujours à ce qu'il mange à sa faim, elle entretenait la tour propre, elle faisait tout pour ne pas le contrarier ! Il avait une femme en or et pourtant Jack ne passait ses journées qu'à ruminer et à brasser de l'air. Des nuages il en a formé au dessus de la misérable ville d'Halloween Town.

Le pire dans cette histoire, c'est que tout les habitants ressentaient de la pitié envers Sally, tout le monde se disait "La pauvre, c'est la femme de Jack maintenant ! Le suivre partout comme son ombre et ne pas avoir un seul mot en retour..... C'est pathétique !" et ça elle ne pouvait l'accepter ! Elle alla voir le Dr Finkelstein qui l'avait jadis crée et mise en captivité dans le but d'en faire sa chose mais il a bien été obligé de la laisser partir pour se marier avec Jack. Qui peut dire non à Jack ? En tout cas personne de cette ville, même le Monsieur Maire ne vit et ne respire qu'en fonction des bonnes grâces de sa Majesté le Roi des Citrouilles. Autoproclamé et pourtant majoritairement accepté. Le Dr aida Sally dans sa requête, il irait parler à Jack mais uniquement dans le but de savoir qu'est-ce qui pouvait bien lui manquer qu'il n'avait pas déjà !

Il trouva Jack, fidèle à lui même, installé sur sa colline crochue.

- Jack Skellington ! Ca fait un baille, vieil ami !

Et le vieil homme fit rouler son fauteuil jusqu'à hauteur du roi.

- Bonjour Dr. Oui, comme vous dites.

Soupire. Décidément, il ne faisait aucun effort, même devant ses amis.

- Dis moi Jack, Sally m'a dit que tu étais le responsable de cette épaisse couche de nuage qui plane au dessus de nos têtes depuis des semaines. Pourquoi tant de soupirs perdus en l'air ?

L'homme haussa les épaules et roula des yeux, agacé.

- Décidément elle ne peut pas tenir sa langue celle la... Rien, ne vous inquiétez pas, je pense que je ne me suis pas encore remis du fiasco de Noël.

Le Dr tapote sur son fauteuil roulant, ce n'est pas lui qui irait défendre celle qui l'a lâchement abandonné après tout le mal qu'il s'est donné pour lui plaire. Elle, le produit de ses doigts délicats, n'a jamais eu aucune reconnaissance pour celui qui l'a crée. C'est tout de même grâce à lui qu'aujourd'hui elle vit sa fin presque heureuse.

- Je sais bien que tu t'attendais à autre chose en mettant ton projet à exécution, ça n'a pas marché à cause de pleins de facteurs, cependant je ne t'ai jamais vu aussi piteux après un échec, tu es un inventeur, un chercheur, un scientifique comme moi ! Tu sais que la découverte n'est pas faite que de victoires mais qu'au contraire, les plus grandes découvertes sont souvent le fruit d'échecs voire d'accidents ! Alors pourquoi cette fois tu te laisses aller dans tant de vague-à-l'âme ?

Encore une fois, Jack hausse les épaules avant de donner une réponse, comme s'il n'avait pas la moindre idée de ce qu'il disait mais qu'il le disait quand même.

- Je sais bien mais je ne sais pas. Tout est confus dans ma tête. Sally est géniale ! Peut être un peu trop.... Je pense que pour l'instant je ne me sens pas prêt à lui rendre l'amour qu'elle me porte.

Le Dr paru surpris, à tel point que son fauteuil fit un tour complet sur lui même !

- Grand Dieu, Jack ! Est-ce que tu envisages de quitter Sally ?

Pour la première fois, Jack afficha un sentiment sur son visage, lui aussi, parut surpris !

- Non ! Bien sûr que non ! Seulement, je sais que je ne suis pas celui qui va la couvrir de câlins et de baisers. Je voudrais pouvoir le faire, mais pas maintenant. Mais j'ai pas envie qu'elle se sente seule.... Zéro me manque énormément, je pense que c'est un animal de compagnie qu'il lui faut.

Le Dr rit au éclat !

- Mon pauvre ami, tu ne comprends rien aux femmes, si tu crois que ta femme attend que tu lui ramènes un clébard sale et puant tu te trompes ! Ce dont elle rêve plus que tout c'est de fonder une famille avec toi. Et réfléchis, un enfant pourrait être celui qui la couvre de câlins et de baisers.

Jack réfléchit sérieusement à l'idée d'avoir un enfant. Ce n'est pas comme s'il était particulièrement jeune, il a de l'expérience depuis le temps qu'il vit. Il connait sa femme, il sait qu'elle sera une bonne mère. Il se dit également que l'idée d'avoir un fils (car l'idée d'avoir une fille ne lui a même pas traversé l'esprit) n'est peut être pas si mal. Après tout il pourrait lui apprendre tout ce qu'il sait dans le but de faire de lui son successeur. Beurk, l'idée qu'un jour les gens ne lui voue plus un culte lui fait atrocement peur, mais c'est un fait et il doit l'accepter. Jack Skellington a fait son temps et il est temps pour lui de former la jeunesse. Qui sait, ça peut être une expérience des plus palpitantes ! La vie elle même ! Quelle expérience peut rivaliser avec celle de la vie ? Jack pour insuffler n'importe quelle pensée dans l'esprit de cette petite créature impuissante et fragile, il pourra la façonner à son image et faire de lui ce qu'il veut qu'il soit. Finalement l'idée lui plait bien !

- Vous avez raison Dr ! C'est une idée diaboliquement fantastique ! Sally sera ravie et moi aussi ! *Dit il tout excité à l'idée de commencer à créer cette créature* Mais.... Sans doute pas pour les mêmes raisons....

Cette fois, c'est le tour du Dr d'hausser les épaules.

- Le résultat sera le même non ? Quelle différence cela fait alors ? Toi tu vas l'éduquer et elle l'aimer, tout le monde sera gagnant dans l'histoire.

Jack se mit sur ses pieds avec la ferme intention de s'enfermer dans son laboratoire.

- Qui aurait cru qu'avoir un enfant pouvait être la solution à un problème !

C'est donc d'un pas décidé qu'il se rendit chez lui. Sally l'attendait dans le salon, comme d'habitude. Guettant son humeur, est-ce qu'il serait d'une humeur massacrante ou pourront-ils au moins avoir une conversation ? Mais contre toute attente, quand son mari rentra, il la souleva et la fit tourner dans les airs en criant "Eurêka !" puis il la serra fort contre lui et monta dans son laboratoire où elle su qu'il ne ressortirait pas si tôt.

Jack faisait les cent pas dans son laboratoire, quand il ne marchait pas, il était avachi au dessus de son bureau en train de dessiner des plans. Sally n'avait le droit de le déranger que pour lui apporter à manger, le reste du temps elle ne devait pas faire de bruit pour qu'il puisse se concentrer. Le problème de Jack c'est qu'il est bien trop fier pour demander de l'aide pour écouter les conseils. Il faut toujours qu'il trouve seul, qu'il échoue ou qu'il réussisse seul pour pouvoir apprendre quelque chose sinon c'est foutu d'avance et ça, la jolie rousse l'a toujours su.

Puis arrive le jour où la Grâce finit par toucher la célébrité de la ville et au bout d'une simple demie journée de travail, il parvient à mettre fin à son projet. Il sort triomphant et est d'abord surpris de ne pas trouver Sally dans le salon ou dans la cuisine. Typique. Mais tout de même. Où est-ce qu'elle pouvait être ? Et si elle l'avait quitté ? Non c'est stupide.... Elle n'aurait jamais fait ça ! Inquiet, il ouvre la porte de la maison et crie le nom de sa femme avec une légère inquiétude sur le visage.

- Oui ?

Le doux visage de poupée de sa femme bien aimée apparut au coin de ses yeux. Elle tenait un panier avec des provisions et il comprit qu'elle était simplement sortie faire des courses. La gêne se lit sur son visage ce qui amusa sa femme qui elle ne cachait pas ses sentiments.

- Pourquoi ris tu ?

Demanda-t-il légèrement contrarié.

- Parce que je sais très bien pourquoi tes joues rougissent. Tu as eu peur que je sois partie. Tu as peut être une façon bien étrange de le montrer mais je sais que tu m'aimes envers et contre tout, Jack Skellington.

Elle n'avait pas tord. En fait, elle avait carrément raison sur tout. Aussi, c'est la mine encore plus gênée qu'il lui fit par de la grande nouvelle.

- Hum.... Sinon, j'ai enfin réussit à achever mon projet ! Je vais de ce pas le montrer au professeur Finkelstein et je reviendrais avec ! D'ici là...

Jack est très jaloux et très possessif. Il ne le montre pas mais si quelqu'un devait toucher à ce qui lui appartient, il lui couperait le bras sans prévenir. C'est le problème des gens qui n'expriment jamais rien. Il n'a jamais eu besoin de dire à Sally ce qu'elle avait le "droit" de faire ou de ne pas faire. Il lui fait confiance, oui, mais pas aux autres... Mais il lui fait confiance, donc il sait exactement comment elle allait se comporter. Ou du moins, il l'espérait pour pouvoir se rassurer la nuit.

Un simple regard dans les yeux de sa femme était la façon la plus direct qu'il avait de lui dire qu'il l'aime. Après tout les yeux ne mentent pas. Un bref baiser du bout des lèvres et le voilà partis. Sally savait ce qui lui restait à faire. Elle allait se mettre à faire des soupes et des biscuits qu'elle apporterait à son mari chaque jour. Ensuite elle ferait son ménage quotidien et irait faire ses courses. En clair, ses journées seront les mêmes, que Jack soit là ou non. Sally ne le trompera jamais, ne se laissera jamais approcher ou quoi que ce soit. Cette emprise qu'il a sur elle, il en est fier, très fier. Il sait qu'elle lui appartient corps et âme, ce n'est pas tout le monde qui pourrait en dire autant.

Entre la préparation du projet et la réalisation de celui ci, Jack y a passé presque un an. Il ne s'est même pas occupé des préparatifs pour Halloween ! Monsieur le Maire a bien faillit faire une attaque ! Heureusement, Jack avait prévu le coup et veillé à ce que Am, Stram et Gram s'occupent des préparatifs en son absence. La fête eut donc lieu le soir d'Halloween. Jack avait fait un plan d'enfer et pour une fois les trois vermines on vraiment mit le paquet et n'ont pas été qu'une source de déception. Le plus Effroyables des Épouvantails avait fait passer le message à sa dulcinée, elle devait se faire belle comme jamais et le rejoindre durant la fête. Il fit sa plus belle apparition talonné par un jeune homme aussi séduisant que celui qui l'accompagne ! Sally en resta bouche-bée, c'est fou ce qu'il ressemble à Jack ! Mais qui est cet inconnu ? Et.... Elle trouve....Qu'il lui ressemble aussi.... C'est impossible !

- Citoyens d'Halloween ! En ce jour de fête, j'ai le grand privilège de vous présenter mon fils, Zéro Skellington !

Inutile de vous dire que Sally le regardait avec des yeux exorbités. Elle le voyait et pourtant c'est comme s'il parlait une autre langue. Il y avait tellement de sentiments qui passaient sur le visage de Sally qu'elle ne savait pas vraiment qu'elle tête elle était en train d'afficher.

Jack laissa la foule acclamer le nouveau membre de leur communauté et descendit de l'estrade pour rejoindre sa femme, souriant comme jamais. Encore plus qu'au temps où elle l'a connu et où elle est tombée amoureuse.

- Alors, qu'est ce que tu en dis ?!!

Le visage de Jack changea très rapidement. Apparemment, sa femme ne parut pas aussi enjouée qu'il le pensait. Elle le regardait comme si elle avait vu un fantôme sortit de nul part !

- Sally ?

La jeune femme papillonna des cils et regarda son mari, vraiment, et elle le gifla sans crier gare  ! Un silence de plomb s'installa directement dans l'assemblée. Personne n'avait raté ce geste mémorable, il allait sans doute faire partie de l'histoire. Tout à coup, le fils caché n'avait plus rien de renversant. Alors que la dispute de couple qui allait éclater ce soir au logis des Skellington.... C'était sans doute le truc à ne pas rater !

Sally fronça les sourcils après son geste qui allait marquer les esprits et prit le chemin de sa demeure. C'est fini le temps de se donner en spectacle. Jack venait de prendre un coup sévère dans son égo, il venait de se faire gifler pour la première fois de sa vie, par sa femme, devant tout le monde, devant son fils.... Mais il n'allait pas faire de scandale, ni en public, ni en privé. Il était suffisamment intelligent (et amoureux) pour comprendre le geste de celle qui partage sa vie. Jamais elle ne se le serait permise si elle n'avait pas un vraie bonne raison. Et il sait quel est le problème.... Elle aurait aimé qu'il lui en parle. Les femmes, elles adorent parler. Soupire.

Une fois la nuit presque terminée, il était temps pour les deux hommes de rentrer. Bien entendu, Sally les attendait de pied ferme. Jack la regarde, non en fait il la défie du regard et elle fait la même chose. Hors de question pour elle de baisser son regard alors c'est lui qui craque le premier.

- Quoi tu veux qu'on se dispute sur le fait que j'aurai dû t'en parler au lieu de faire la surprise ? Bon et après ! C'est pas toi qui voulais un enfant ? Tu voulais pas fonder une famille ? Et bien voilà !

Sally devint toute rouge ce qui n'était jamais bon signe !

- Non mais tu plaisantes ! Ce n'est même pas un enfant c'est un jeune homme et tu lui as donné le nom de ton chien ? Puis d'abord comment est ce que tu as pu me faire ca ? Ne pas m'en parler, m'exclure de ce projet de famille alors que je trime comme une esclave toute la journée ! Comment est ce que t'as pu me faire ca Jack ! Et tu as le culot ! *Dit elle en le poussant de plus en plus à mesure qu'elle parle* L'audace outrancière de te pointer devant moi en me demandant de ne pas en faire toute une histoire !!! Est-ce que tu imagines l'humiliation publique je viens de vivre ? Non ! Toi ça te passe au dessus ! Monsieur Le Roi Des Citrouilles ! Etre le centre d'attention le soir d'Halloween est bien plus important que ce que ta femme peut ressentir ! *Elle le poussa contre le mur et finit par lui tourner le dos.*

Finalement, la colère laissa place aux larmes et Jack vint finalement la prendre dans ses bras.

- Sally... Comment est-ce que tu peux croire que ce que tu ressens m'est égale ? Tu sais très bien que tu es la seule que j'ai. Tu es la seule personne dont j'ai besoin pour exister.


Il avait vu juste, elle lui en voulait plus de ne pas l'avoir mise au courant que le fait qu'il ait créée un enfant qui n'en est pas vraiment un. La rousse se laissa aller dans les bras de son mari, un an qu'ils n'avaient pas eu une vie conjugale normale et épanouie, elle n'allait pas le lâcher de si tôt.

- Mais toi, pourquoi est ce que tu voulais un enfant ?

Le mari aimant redevient le roi hésitant qu'elle ne connait que trop bien.

- Je...Je sais que mes années de gloires me glissent entre les doigts et j'aurai espérait que quelqu'un qui me ressemble reprennent le flambeau de maître de cérémonie pour Halloween... Je veux être sûr que la ville sera entre de bonne main quand je prendrais ma retraite pour vivre avec ma merveilleuse femme.

Sally sourit et embrasse son mari. Décidément, jamais elle ne pourra lui en vouloir.
Elle décida donc de faire la connaissance de cet enfant qu'elle n'attendait pas. Jack lui expliqua qu'il a passé beaucoup de temps à façonner le croquis de son visage et de son corps. Il voulait que son fils soit le plus parfait possible. La famille passa de longues heures à parler, essayer de se connaitre, de se comprendre. Sally l'aima tout de suite, tandis que Jack commençait à réaliser que le fait de l'avoir fait adulte ne faisait pas de lui quelqu'un d'éduqué. Lui qui voulait gagner du temps en s'épargnant le devoir des couches sales. Le voilà quand même bloqué au niveau de son éducation, cette grande machine avait tout à apprendre !

Il fallut des jours, des semaines, des mois avant que Zéro ne parvienne à parler, lire, écrire etc. Au bout d'un an, il savait toutes les bases de la vie pourtant Sally refusait à ce qu'il sorte seul. Il était confiné chez lui nuits et jours afin qu'il ne lui arrive rien. Jack continua à préparer les festivités d'Halloween sans se soucier de l'éducation de son fils. Lui apprendre à lacer ses chaussures, non merci. Il laissa cette tâche à Sally, ainsi que toutes les autres.

Le jour d'Halloween, un an après l'arrivée de Zéro, Jack fit un grand numéro à base de chauve souris géantes et de fantômes mais aussi de feux d'artifices et de maladies. C'était ignoble et effrayant, certaines personnes se sont évanouies, d'autres ont vomis et d'autres ont fait les deux.
Zéro a même eu un rôle à jouer, il a joué le rôle de l'épouvantail en feu et tout le monde a cru que c'était Jack qui se cachait sous le masque de citrouille (ce qui a regonflé l'égo de l’Épouvantail, le réconfortant sur le fait que malgré son âge il pourrait toujours paraître comme un jeune homme d'une vingtaine d'année) mais non c'était bel et bien son fils. Ensuite Zéro a fait un petit discours et à ouvert les festivités. Sally a applaudit son fils jusqu'à ce que les mains lui en tombent littéralement ! (C'est son fils qui les lui a recousues.)

Au bout du compte, Jack passa l'année d'après auprès de son fils. Le formant comme prévu à l'idée qu'il puisse prendre la relève un jour. Il lui raconta pourquoi il voulu kidnapper le Perce Oreille et comment est-ce qu'il a échoué.

- Moi aussi je devrais le kidnapper ?

Avait-il demandé à son père. Jack parut surpris de la question, il réfléchit un instant puis lui dit.

- Non, tu es libre de choisir l'exploit que tu veux. Qu'est-ce que tu voudrais réaliser ?


A son tour, le fils réfléchit. C'est fou à quel point il pouvait ressembler à son père. Si ce n'est les yeux, il a les yeux de sa mère.

- Je pense que je voudrais créer plus de gens comme moi, pour me sentir moins seul et je pourrais peut-être être leur roi ?

Jack rit franchement et ébouriffa la crinière de son fils.

- Etre roi ? Quelle idée merveilleusement effroyable !

Sans doute un des rares moments de complicité qu'ils n'aient jamais eu et qu'ils n'auront sans doute plus jamais.

L'année avança à vitesse grand V ! Il fallait absolument que la fête de cette année soit mémorable ! Les 20 ans du fils de Jack ce n'était pas tout les jours ! (même si en réalité il a plutôt deux ans) Zéro n'a pas eu de plus grand rôle à jouer que celui de l'année dernière. Sally s'y était opposée ne le jugeant pas encore prêt à faire des acrobaties etc. Il reprit donc le rôle de l'année passée, même si cette fois, il ne trompait plus personne. Toutefois, la fête lui était quand même dédiée et tout le monde passait un bon moment. Cette année il n'était pas question de vomit ou d'évanouissement, tout le monde était là pour s'amuser et passer un bon moment en se lançant des boules de malaria ou en mangeant des fruits confits pourris à la fourmis !

Cette année, Zéro avait pris une grande décision, il allait se faire des amis. Des amis en dehors d'Halloween Town, des amis qui voudront être amis avec lui parce qu'il est cool et pas parce qu'il est le fils de Jack. Il voulait partir deux semaines dans un royaume au alentour. Il voulait faire la connaissance de n'importe qui ne venant pas d'ici puis revenir avec quelque chose d'autre à raconter aux gens que la couleur du papier peint dans leur chiotte.

- Quoi tu me fais une crise d'adolescence ?


Demanda sa mère comme si on venait de lui planter un poignard dans le coeur.

- Non maman, seulement une crise d'indépendance. Je pars seulement deux semaines puis je reviens. Et peut être qu'à mon retour j'aurai des choses fantastiques à te raconter ! Ça ne te réjouis pas ?

On essaye de faire culpabiliser la maman en lui demandant si le bonheur de son fils n'est pas son bonheur à elle. Là, maman réfléchit et se dit qu'effectivement, ça ne serait pas bien de priver son enfant des possibles merveilles que peut lui apporter le monde qui l'entour. Mais tout de même, une mère reste une mère.

- Et s'il t'arrivait plutôt malheur et que plus jamais tu ne reviennes pour me raconter quoique ce soit ?!


Bim, retournement de culpabilité ! Comment le fils pourrait-il vouloir que ses parents acceptent l'éventualité qu'un jour ils auront peut être besoin de l'enterrer ! Le fils soupire, pourquoi faut-il toujours qu'elle voit le pire. Il n'a pas envie de la voir se faire du mauvais sang et effectivement il se pourrait qu'il ne revienne pas. Peut être est-ce un de ces pressentiments de mère qui est en réalité une mise en garde sur un danger à venir ? Mais non ! Elle essaye de t'embobiner ! Si tu veux partir, faut rester ferme ! Les mères savent comment garder leur petits !

- Mais non maman ! Je te donnerais des nouvelles à chaque fois que je passerais près d'un bureau de courrier d'accord ? A quoi vont servir toutes ces heures où j'ai appris à écrire si je n'ai pas l'occasion d'écrire une lettre à la femme de ma vie ?

Petite flatterie au dessus de l'épaule parce que ça fait toujours plaisir et cette fois c'est dans la poche fiston ! Maman tu es out ! Le fils gagne par K.O !

- Tu me promets de me tenir au courant de tout ? Et de prendre suffisamment de provisions et de vêtements de rechange ? Tu ne parles pas aux inconnus qui ont l'air trop bizarres et tu n'essayes pas de faire le héro des bois de ces dames, d'accord ? Tu marches jusqu'à ce que tu arrives dans un royaume qui te plait et ensuite tu essayes de trouver des jeunes de ton âge. Mais attention ! Pas de la racaille ! Pas des princes pourris gâtés ou de princesses fanfreluche ! Je veux que tu me ramènes de bon amis qui ont la tête sur les épaules.

Bon, elle venait de se faire à l'idée. Super. Jack n'était pas contre ce voyage d'initiation et une semaine après cette conversation, le voilà partit pour son petit pèlerinage. Sa mère avait bien fait son sac et il avait à manger pour un mois ! Voire même deux ! Il ne manquait pas de vêtements non plus, ce qui n'était pas si mal au final. Il se rendit dans la forêt des brumes enchantées, celle qui conduit à pleins de porte par lesquelles ont peut voyager de royaume en royaume. C'est comme ça que son père découvrit Christmas Town. Dans cette forêt il y a le Bois des fêtes, la Plaine des royaumes et l'Allée des embrumes. Le premier est un bois dans lequel certains arbres servent de portes vers des mondes de fêtes. Les mondes de fêtes sont très durs à trouver et pour l'instant il n'y a que par ce bois qu'on peut y accéder. Le deuxième est une plaine dans laquelle certains arbres sont également des portes vers les royaumes aux alentours. Et le troisième est simplement une grande allée d'arbres qui sépare le bois de la plaine. Quand on est sous ces arbres, l'ambiance devient tout de suite plus glaciale, morbide, sombre, humide, terrifiante.... Tout ça à la fois, cette allée est longue, plus on s'y aventure, moins on a l'impression d'en voir la fin, mais pour ceux qui arriveraient aux bout, on dit que vous y trouverez une porte conduisant au royaume des Enfers, seul royaume à ne pas faire partie de la plaine.

Pourquoi tant de portes ? Parce que la ville d'Halloween est sans doute au bout du monde. Il est faut être plus courageux que n'importe quel courageux, avoir moins de peur que celui qui n'a peur de rien et connaitre les mystères de la mort pour trouver Halloween Town. Ce n'est pas donné à tout le monde, de toute façon qui voudrait s'y rendre ? Mais être si loin, ce n'est pas pratique pour les affaires externes alors le roi Samael, fils du premier Maire d'Halloween demanda aux plus grands sorciers du monde de l'aider à construire ces portes pour avoir un moyen d'accéder au monde extérieur. Il espérait qu'Halloween ne serait plus perçue comme une ville diabolique si des touristes venaient découvrir leurs coutumes. Malheureusement personne ne vint jamais et la ville ne sert plus que de passerelle entre un royaume et un autre.

Zéro mit deux jours pour arriver à la plaine. Il décida de s'arrêter quelques heures le temps de reprendre des forces. Il regarda autour de lui, il y a avait plein de portes ! Sur un arbre, il y a avait une chaussure, sur un autre une pomme, sur un autre un flocon de neige.... Tant de royaumes, lequel allait-il choisir ? Il se remit en route et regarda chaque porte afin de faire le meilleur choix. Il s'arrêta finalement devant un arbre qui avait une tasse de thé sur son écorce. Zéro la regarda en souriant, c'est celle la qu'il veut ouvrir !

L'aventure qu'il vécu dans ce royaume inconnu est une histoire que je me ferais un plaisir de vous raconter en temps voulu. En attendant, sachez qu’Épouvantail Jr est resté bien plus que deux semaines au Pays des Merveilles et comme prévu, il tenu sa mère au courant de tout et il rentra avec bien plus que des bons souvenirs et des nouveaux amis... Il rentra avec une femme.

- Qui est-ce ?

Jack et Sally étaient dans le salon quand leur fils rentra enfin au bercail. Il était accompagné d'une jolie blonde qui paraissait clairement plus jeune que lui. Jack resta perplexe tandis que Sally voyait déjà ça d'un mauvais œil.

- C'est ma fiancé.

Sally ouvrit des yeux si gros qu'ils prenaient presque tout son visage !

- Ta... quoi ?


Jack se leva, dans le but de s'interposer mais il attendit encore un peu, histoire de ne pas prendre de revers de médaille.

- Ma fiancé, maman. Elle s'appelle Alicia et on compte se marier dans un mois.

La mère tomba dans les pommes et rata l'échange musclé entre le père et le fils. A son réveil, elle était seule avec son mari. Les fiancés, partis raconter la bonne nouvelle aux habitants d'Halloween.

- Qu'est-ce qu'on va faire Jack ?

Le mari haussa les épaules et prit sa femme dans ses bras.

- Qu'est-ce que tu veux qu'on fasse ? Le mieux c'est de laisser faire les choses, ils verront bien vite que le mariage n'est pas une partie de plaisir.

Elle n'arrivait pas à croire qu'il prenne autant ça à la légère.

- Ce n'est pas non plus à prendre à la rigolade, le mariage n'est pas un test de compatibilité ! Et puis quel âge elle a cette gamine ?! Quinze ans ? Seize tout au plus !

Jack sourit malicieusement et caresse sa joue.

- Tu donnes un âge à l'amour, toi ?

Elle se recule et  parait plus agacée que jamais !

- N'essaye pas de me faire passer pour la méchante ! Tu sais très bien ce que je veux dire ! Sans compter que tu as vu son look ! Moi je te dis que cette fille c'est de la graine de voyous !

Jack rit franchement.

- Quoi tu vas lui jeter la pierre parce qu'elle se colore les cheveux et sort sans chaperon ?! Houlalala !


Sally va s'enfermer dans sa chambre.

- Pense ce que tu veux et laisses toi embobiner par ses beaux yeux bleus, moi je te dis qu'elle ne va lui attirer que des problèmes tu vas voir.


Sur ces mots, elle claqua la porte et le couple ne parla plus de fiançailles jusqu'au grand jour. Zéro avait bien choisit son jour, tout le monde était présent. Toute la ville était venu fêter l’événement. La mère d'Alicia n'avait pas fait le déplacement, son état ne le permettait pas. Sally était là à contre cœur et Jack était forcément le maître de cérémonie.

- Mes chers amis, c'est avec une immense joie que nous sommes réunis ici pour célébrer le mariage de mon fils Zéro et de sa fiancé, Alicia. Pour la première fois depuis je ne sais même plus quand, je vois ce que c'est qu'être amoureux de la femme de sa vie. Il y a maintenant plusieurs Halloween de cela, j'ai fait ma demande auprès de la plus jolie femme de cette ville ! Elle a fait de moi le plus heureux des squelettes en acceptant de partager l'éternité à mes cotés à cet endroit précis, en haut de cette colline que j'affectionne tant. C'est donc tout naturellement que je suis maintenant le plus heureux des hommes en voyant mon fils s'unir de la même façon à celle qu'il aime. Fils, je te souhaite une vie pleine de cauchemars et de crises de larmes, de disputes et de réconciliations.


Ensuite il y a eu le moment des vœux. Puis celui du baiser. Tout le monde applaudit et comme la coutume le veut, la mariée jeta son bouquet dans les airs. Tout le monde rit au éclat sauf une petite rousse parmi l'assemblée, celle qui dès le départ était totalement contre cette union.
Puis la fête commença et tout le monde se dispersa sur le domaine des Skellington pour profiter des noces. Faites donc car vous n'êtes pas au bout de vos surprises.

Peu de temps avant minuit, alors que les mariés allaient découper le gâteau, une armée de soldat passèrent le grillage.

- Par ordre de sa Majesté, nous devons évacuer cette ville sur le champ !

Jack fit face au capitaine des gardes et se planta de tout son long.

- Vous n'avez rien à faire ici, nous sommes bien loin de vos terres ! Fichez le camp avant que ca ne dégénère !


L'armée n'a même pas sourcillé, apparemment, elle est clairement disposée à faire usage de la force.
Jack était prêt à se battre et tout ses acolytes se mirent derrière lui en guise de soutient physique. Il y allait avoir la guerre, c'est sûr. Sally s'interposa.

- Jack.... J'ai entendu dire que tout les royaumes se faisaient évacuer. Partons sans discuter, je ne tiens pas à ce que je le jour du mariage de mon fils se transforme en guerre.


Jack accepta de se rendre sans faire d'histoire, par respect et affection vis à vis de sa femme mais aucun garde ne posa une main sur lui. Il ne fut pas menotté ou autre. Il n'aurait jamais accepté de se faire entraver devant tout le monde, devant sa famille et ses amis. Et les voilà tous parti, il était maintenant une heure du matin et ils étaient déjà tous en route pour le port le plus proche, prêt à mettre les voiles vers leur nouveau royaume. Finalement, Jack et Sally allaient avoir la retraite dont Sally rêvait tant.


codage by Sybline


Dernière édition par Hally W. Skellington le Dim 22 Oct - 20:50, édité 27 fois
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité







MessageSujet: Re: Il y a une ombre dans le vent, je crois qu'une tragédie m'attend. [Hally]   Sam 7 Oct - 17:38


Alice & Le Chat

"Mais alors, si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un ? " Alice Liddell


- Mais je n'ai nulle envie d'aller chez les fous, fit remarquer Alice.
- Oh! Vous ne sauriez faire autrement, dit le Chat : Ici, tout le monde est fou. Je suis fou. Vous êtes folle.
- Comment savez-vous que je suis folle ? demanda Alice.
- Il faut croire que vous l'êtes, répondit le Chat ; sinon, vous ne seriez pas venue ici.


Alice Liddell n'est plus un secret pour personne. Elle est celle qui, enfant, est tombée dans le terrier d'un lapin et à découvert un monde qui jusque là lui était inconnu ! Un monde pleins de merveilles et de fantaisies ! D'extravagances et de surprises ! Elle s'y est faite des amis comme Le Chapelier Fou, Le Lièvre de Mars, Le Lapin Blanc et la Reine Mirana. Elle s'yest faite des ennemis comme Le Valet de Coeur, la Reine de Coeur, le Jabberwocky, les Fleurs... Et d'autres encore qui préféraient être neutres comme Absolem ou Le Chat du Cheshire.

Ensuite, jeune adulte, elle a bel et bien fait de son nom un mythe en sauvant le Pays des Merveilles de tout les méchants de l'histoire ! D'après l'Oraculum, seule Alice aura le pouvoir de sauver ce monde. Et c'est ce qu'elle fit, je ne vous apprend rien. C'est ce qui se passe après que vous ne savez pas.

Après sa victoire contre le Jabberwocky, la Reine Mirana, proclamée officiellement reine de tout le Pays des Merveilles, décide d'organiser une grande fête en l'honneur de leur héroïne. Tout le monde était venu danser et chanter pour oublier toutes ces années de guerres et de chaos. Les vieux amis étaient là, tout comme les nouveaux : Bayar, des hérissons ou encore Tweedledee et Tweedledum ! Tout le monde avait été convié à cette fête où il était simplement question de s'amuser sans retenue et sans conditions. Faire la fête il n'y avait que ça de vrai et Alice en à profité! Ah ça oui ! Elle a dansé, elle a bu, elle a bu, elle a dansé, elle a dansé en buvant ! Elle se revoit fumer le narguilé d'Absolem et bon sang qu'est ce que ça déchire ! Après ça la nuit n'avait plus de limite pour Elle, elle était prête à faire tout et n'importe quoi et c'est exactement ce qu'elle va faire ! N'importe quoi ! Tout ce dont elle se souvient c'est s'être réveillée complètement nue au côté du Chat. Sa queue féline caressa délicatement sa peau pendant qu'elle essayait de combler les trous dans sa mémoire mais c'était impossible. Elle n'arrivait pas à se souvenir de ce qui s'est passé pourtant cette fête restera à jamais gravé dans sa mémoire ! Ça a de quoi commencer à vous rendre complètement fou !

La jolie blonde s'est enfuie comme si la mort était venue la chercher! Elle se réfugia chez le Lièvre et le Chapelier. Elle leur raconta son réveil et le peu de souvenir qu'elle a, ce à quoi le Lièvre dit simplement dans un soubresaut de dégoût:

- Brrrr c'est écœurant !

Elle qui pensait rentrer chez elle, cela lui est maintenant impossible ! Qu'est-ce qu'elle dirait à sa mère ? Qu'en tombant de nouveau dans un terrier elle est retournée dans le monde de ses cauchemars et qu'elle a réussit à sauver ce monde de la domination d'une reine tyrannique et qu'à la suite de ça elle aurait forniqué avec un chat et serait tombée enceinte ? Même pour elle, qui l'a vécu, cette histoire lui parait complètement folle ! La situation était inexplicable ! Personne ne comprendrait ! Il n'y a que dans ce monde de fou qu'elle sera vraiment en sécurité !

Alice passa tout ses mois de grosses dans la maison du Chapelier, vivant avec le Lièvre et le Loir. On s'occupait bien d'elle mais elle ne se sentait pas en osmose avec ce monde. En même temps, elle ne vient pas d'ici et pour pouvoir vivre ici il faut soit être complètement fou, soit accepter de le devenir. Les débuts étaient difficiles, Alice tournait en rond, tiraillé entre son envie de rentrer chez elle, son rejet de grossesse et le fait qu'elle soit coincée au Pays des Merveilles à écouter sans cesse les mêmes discutions, chansons et autres fantaisies que les deux guignoles se plaisaient à inventer ! Pour se calmer, elle pouvait toujours aller méditer avec Absolem, c'était au moins la seule chose qu'elle appréciait faire dans ce royaume. Il avait beau être devenu papillon, il continuait à vivre ici et à apporter la sagesse aux habitants.

- Qu'est-ce qui peut rendre une future mère aussi morose ?

La jeune femme haussa les épaules et hésita à se confier ouvertement...........Bon de toute façon, il finirait bien par le savoir au fil de la conversation. Absolem n'est pas le plus sage du royaume pour rien, il finit toujours par tout savoir. S'il ne le sait pas déjà.

- C'est juste que je ne pensais pas rester ici et encore moins dans cet état.....

Le papillon tira sur son narguilé et recracha des lettres comme à son habitude.

- La découverte du monde n'est pas fermée à celles qui veulent l'entreprendre.

Oui c'est vrai qu'Alice voulait découvrir le monde, elle voulait reprendre le poste de son père au sein de son entreprise de commerce mais non. Elle est ici à parler à un papillon. Jamais elle ne pourra découvrir le monde avec un bébé qui lui tète le sein !

- Vous plaisantez ! Je vais sans doute finir ma vie ici et je le sais ! Comment je le sais ? C'est parce qu'à force d'être ici je commence à me dire que je deviens aussi folle que chacun d'entre vous !

Encore une bouffée de narguilé.

- La colère n'est pas la solution à ton problème.

Alice prit le narguilé et en fuma une longue taffe avant de recracher la fumée. De toute façon, au point où elle en est.

[color=#990099]- Je sais.... Je sais que je dois essayer de positiver. *Elle ne parût pas plus convaincue que ça. Pour elle, ses rêves d'aventures étaient réellement partie en fumée. Tout comme ces lettres qu'elle voit s'envoler. Soupire.* Malgré tout, je ne vois pas ce qui aurait pu m'arriver de pire....

Et c'est plus abattu que jamais qu'elle quitta finalement la tanière d'Absolem, pas plus épanouie qu'avant. Peut être même encore plus morose.

- Via Felicia, Alice.

La jeune femme mit du temps a accepter son rôle de futur mère. Elle essaya de garder le contrôle sur son esprit en se cultivant sans cesse, s'essayant à de nouvelles pratiques comme le tire à l'arc mais rien n'y fit. Elle ne se sentait pas mieux pour autant. Puis finalement, elle se laissa de plus en plus tomber dans la dépression. Aucune journée n'était meilleure que la précédente à ses yeux, c'était soupire après soupire, du lever du soleil jusqu'à ce qu'il se couche. Le Chapelier essaya de nouveau de lui proposer de son fameux thé et elle accepta. C'était sans doute la seule nouveauté qu'elle s'accordait depuis des semaines, boire du thé du Pays des Merveilles.
Peu importe ce qu'il mettait dedans, il avait au moins le mérite de la faire rire ! Elle n'avait pas rit comme ça depuis le début de sa grossesse. Plus elle buvait du thé, plus ses journées s'égayaient ! Elle en buvant plusieurs tasses par jour, supportant ainsi un peu plus leur insupportable chanson ! Alice se montra moins ingrate et participa même aux taches ménagères dans sa maison d'adoption. Un jour, elle décide de faire le ménage, la lessive et le souper pour satisfaire ses amis. (Comme une certaine princesse dans un royaume lointain mais que nous ne citerons pas à cause des droits d'auteurs. Mais je pense que vous avez certainement deviné que je parlais de Blanche-Neige !) Une fois rentré, la joyeuse compagnie se mit à table et tous soupèrent dans la joie et la bonne humeur.
Durant les semaines qui suivirent, la fête et le thé furent les seules occupations d'Alice, chantant les chansons débiles, répétant le même discours nuit et jour. Elle sombrait doucement dans la folie mais de façon tellement euphorique que c'était agréable de ne plus penser à rien si ce n'est à comment boire son thé ! Du thé, toujours du thé ! Franchement, qu'est-ce qu'ils mettent dedans parce que la pauvre enfant parait complètement perché à longueur de journée !
Mais au moins elle ne pensait plus à tout ce qu'elle avait perdu dans ce cauchemar horrible. Elle ne pensait plus à sa mère ni à sa sœur qu'elle ne reverrait plus jamais. Elle ne pensait plus à ce qu'aurait pu être sa vie si elle avait travaillé dans l'entreprise de son père et voyagé à travers le globe. Tout ça commençait à être un lointain souvenir et peut être même qu'un jour, cette ancienne vie lui semblera être un rêve lointain.

Vous voulez savoir comment elle a accouché ? Elle était en train de s'agiter dans tout les sens en chantant alors que son ventre était aussi gros que celui d'une vache ! La reine Mirana était venue voir Alice se jour là car elle avait senti qu'un nouvel être vivant allait bientôt peupler son royaume. Qu'elle ne fut pas sa surprise de voir Alice dans cet état !

- Que fais-tu, Alice ?

La jeune femme cria très fort, comme si elle n'entendait pas le son de sa voix et continua sa petite danse.

- Je danse la guiguandélire en célébrant mon non-anniversaire !


Et puis là, le drame ! Rupture de la poche et Alice perd les eaux. Quand elle se rend compte de ce qui se passe, elle commence à ressentir la douleur des contractions. Hurlement et toute la panoplie, pas besoin des détails mais en tout cas, même s'il a été fait dans la douleur, tout c'est passé très rapidement et sans aucune difficulté. C'est le plus important. La reine s'est donc portée volontaire pour être la sage femme et s'est elle qui a donné naissance à cette petite fille qui bien des années plus tard la détestera comme personne d'autre !

- J'avais deviné que cette naissance se ferait dans les roses et non dans les choux !

Dit la reine en tendant l'adorable bébé dans les bras de sa maman. Celle-ci, encore sous le choc de tout ce qu'elle vient d'endurer, ne cesse de pleurer à la vue de ce petit être qui a grandit en elle et qui maintenant respire contre son cœur. Etre une mère de dix-neuf ans ce n'est pas forcément le top mais à cet instant précis, Alice n'aurait échangé sa place pour rien au monde !
Qu'aurait-elle pu demander de mieux, elle venait d'accoucher d'une ravissante petite fille, elle était entourée de ses meilleures amis et même la reine a fait le déplacement pour l'aider dans cette douloureuse expérience qu'est l'accouchement ?

- Via Felicia, Alicia Cheshire.

Dit la jeune maman en embrassant sa fille. Le Lièvre ne put s'empêcher de sourciller en entendant le nom de chat puant mais il ne pouvait pas en vouloir à Alice de vouloir faire en sorte que sa fille connaisse au moins l'existence de son père.

Les jours qui ont suivis furent durs pour tout le monde ! Le bébé n'arrêtait pas de pleurer ! Il fallait sans arrêt changer les couches ou donner à manger, puis faut le surveiller et l'amuser. On a pas une minute à soit ! C'est pas possible ! Oui, Alice savait que ça se passerait comme ça mais entre le savoir et le vivre ce sont deux choses différentes ! La pauvre n'arrivait même plus à dormir, Alicia ne dormait pas non plus et réveillait toute la maisonnée. Même le Chapelier, d'ordinaire si enjoué, commençait à craquer des cris du bébé ! Tout le monde avait beau essayer de se plier en quatre pour cette chouineuse, elle s'en fichait comme de l'an 40. Pleurs sur pleurs sur pleurs sur pleurs.....

Heureusement, elle a fini par grandir ! Mais même enfant, elle était insupportable ! Quand elle a commencé à marcher, c'était des objets cassés à tout va, des gribouillis sur les murs en veux tu en voilà et bien sûr.... Non. Le non. "Mange tes légumes !" "Non !" "Vient on va prendre la douche !" "Non !". Insupportable ! Alice était démoralisée et complètement crevée. On peut dire qu'elle a abandonné l'éducation de sa vermine désobéissante pour se shooter à coup de thé et champigarette dans le but d'oublier sa vie pourrie. Dans la famille de merde je voudrais la mère..... Ding ding ding, bonne pioche ! On ne peut pas vraiment dire que sa mère l'ait élevé. Elle l'a mis au monde et lui a prodigué les premiers soins mais ça s'arrête là. Elle l'aime oui, mais bon.................

Le reste, l'enfant l'a apprit seule ou en compagnie de ses parrains. Ce sont ses parrains qui lui ont appris à s'habiller, c'est déjà ça. Les berceuses et les chansonnettes, pour ça ils étaient experts ! Mais ne leur demandait pas d'apprendre à la gamine à lire ou à compter là c'est trop leur demander ! Par contre, savoir que "Vous n'avez qu'un anniversaire par an ! Un anniversaire seulement par an ! Ah, mais il y a trois cent soixante quatre non-anniversaires !" ça non plus ils ne s'en lassent pas ! Mais encore une fois, demandez leur de lui enseigner la déclinaison des saisons et pourquoi le ciel est bleu et c'est la catastrophe ! Ce fut bien difficile, surtout pour le Lièvre de Mars qui peina à rester en place plus de dix minutes pour s'occuper de sa filleul. Ce qui lui a permis de s'en sortir ? Le fait qu'il aime Alicia plus que le thé, sinon ça aurait été foutu d'avance !

A onze ans, le Chapelier Fou l'avait surpris à fumer sa première champigarette. Il s'était précipité sur elle et avait jeté le poison parterre en répétant : "Caca, caca, caca !" la gamine avait rigolé, ouvrant un peu sa coquille. Elle pensait que le Chapelier allait lui passer un savon mais ce ne fut vraiment pas le cas. Pas qu'il était contre, il se la garderait peut être même pour plus tard, simplement qu'il la trouve un peu jeune pour ça. Il la vu naître, sera-t-elle un jour suffisamment grande à ses yeux ?!

- Pourquoi est-ce que tu touches à ce genre de cochonnerie, Alicia ?

Telle mère, telle fille, la petite blondinette, qui ressemble tant à sa mère, haussa les épaules et regarda le Chapelier avec un air de défis.

- Je suis grande maintenant, je peux faire ce que je veux ! Et puis maman le fait bien toute la journée au lieu de s'occuper de moi donc je vois vraiment pas pourquoi je ne pourrais pas faire la même chose !


Le Chapelier regarda l'horizon comme s'il allait avoir une illumination. Alicia le regarda, se demanda qu'est-ce qui allait bien se passer ensuite.

- Sais-tu pourquoi est-ce qu'un corbeau ressemble à un bureau ?

Alicia arqua un sourcil, incrédule, puis papillonna des cils pour marquer son incompréhension. Elle réfléchit un instant puis haussa de nouveau les épaules.

- Non, je ne sais pas pourquoi est-ce qu'un corbeau ressemble à un bureau.... Et toi ?

Le Chapelier sourit de toute ses dents, ses yeux oranges se mirent à danser dans leurs orbites.

- Et bien moi non plus !

Il prit la petite fille dans ses bras et la berça doucement en la ramenant à la maison. En temps normal, elle aurait fait la gosse chiante et rebelle mais pas avec le Chapelier, il est bien trop gentil pour ça. Elle va laisser sa colère sortir contre sa bon à rien de mère fumeuse d'herbe !

- Maman ?

Alice leva la tête de son métier à tisser, ce mois-ci elle s'est découverte une passion pour le métier à tisser. Aller savoir.

- Fleurpageons, les rhododendroves...
.

Soupire, Alicia se doutait que sa mère avait du prendre son thé quotidien et qu'elle ne devait surement pas être en état de lui parler. C'est donc à ça qu'aller se résumer sa vie ? Une mère sombrant dans la folie et un père absent ? Heureusement que la jeune enfant finira par faire une rencontre qui changera sa vie.


codage by Sybline



Zéro & Alicia

"S’il est impossible de ne pas penser à quelque chose, il reste encore possible de penser à autre chose." Lewis Carroll


Soyez ce que vous voudriez avoir l'air d'être ; ou, pour parler plus simplement : Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes.

L'histoire de Zéro Skellington et Alicia Cheshire commença plutôt bien. Par rapport aux histoires d'amour de leurs parents.
Zéro est quelqu'un d'assez particulier, il n'est clairement pas comme les autres garçons. Ses parents, enfin surtout sa mère, a mit du temps à essayer de faire de lui un jeune homme normal. Par normal, cela veut dire pouvoir sortir dans la rue et retrouver son chemin, ne pas confondre sa droite et sa gauche, savoir lacer ses chaussures etc etc. En quoi c'est ci anormal qu'une mère élève son enfant et lui apprenne les bases de la vie ? Et bien c'est que l'enfant en question a au moins 18 ans... Il a été crée à cet âge là mais se comporte comme un enfant, il en fallut de la patience à Sally pour gérer un grand gaillard de 18 ans comme s'il en avait deux...
Quant à Alicia, elle n'est pas non plus la fille du siècle. Plus jeune que Zéro de 5 ans, elle a toujours fait vivre un enfer à sa mère qui l'a élevé seule. Son père n'a jamais été présent dans sa vie. Elle a plus été élevée par ses parrains Le Lièvre de Mars et Le Chapelier Fou, ils ont essayé d'être de bon parrains et elle les aime plus que tout, elle ne pourrait jamais leur faire du mal. Pourtant du mal elle en fera.

Alicia se souvient du jour où elle a rencontré Zéro, elle s'était réveillée de bonne heure et s'était préparée son café du matin. On avait beau être en plein automne, elle n'arrivait pas à se remettre de la super fête pour ses quatorze ans cet été. Elle avait invité tout le monde ! Il y avait deux groupes, forcément, celui des vieux et celui des jeunes. Alicia était là reine de la soirée donc forcément elle pouvait faire les trucs les plus fous sans que personne ne le lui reproche ! Comme embrasser Ethan Mars, le neveu du Lièvre, derrière un buisson. Cela n'a rien de fou si ce n'est que la chipie a embrassé ce garçon qui la faisait tant craquer et qui était de sept ans son aîné sur une partie de son anatomie bien indiscrète pour une gamine de son âge. Mais elle n'avait pas froid aux yeux. Elle n'a jamais eu froid aux yeux, à quoi bon quand on vit au Pays des Merveilles on finit forcément par perdre la tête donc autant essayer de faire les choses les plus folles ! Comme sniffer du maxi champi pour grandir un max et pleurer sur les fleurs pour les noyer!

Enfin bref ! Elle s'était donc mise à boire son café en regardant au loin. Qu'est-ce qu'on fait quand on a quatorze ans et qu'on vit ici ? Pour elle, la seule façon de supporter c'est de se shooter à mort. Le pays a bien changé depuis que la reine Mirana s'est installée de façon claire et définitive sur le trône. Elle considère que si elle juge quelqu'un mauvais il ne devrait pas exister. Est-ce là le comportement d'une reine pacifiste? Bien entendu elle ne tuera jamais de ses mains, elle va se contenter d'envoyer des gens faire le sale travail à sa place. Comme le Chapelier ou comme Alice ou comme tant d'autre qui ont servis cette soit disant reine pure et juste et qui au final se retrouve dans un pays en ruine après une guerre de droit d'aînesse. Des familles ont été décimées et des villages entier ont été éradiqués de la carte.... Mais la reine Blanche n'a jamais daigné penser capituler pour arrêter le massacre et essayer de raisonner sa sœur et ses sujets sur le fait que sa sœur pouvait être une bonne souveraine si elle était mieux entourée. Non, elle a préféré laisser le peuple la haïr et envoyer des gens la détruire. C'est tellement plus humain, vive l'amour, vive la nature etc etc.

Elle prit une feuille à rouler et dedans y émietta un champignon et une feuille médicinale. Elle roula le tout et commença à fumer en buvant son café, loin de se douter que cette journée aller changer sa vie.
Sa mère se réveilla et regarde sa fille en roulant des yeux. Alice écrasa une petite noix et sniffa la poudre. Mère et fille ne s'adressent plus la parole depuis un bail. La mère perd la tête un peu plus chaque jours de toute façon donc ce n'est pas comme si elle allait lui manquer.

Après son petit déjeuner, Alicia se prépara et se mit en route vers je ne sais où à la recherche de je ne sais pas trop quoi. Comme d'habitude quoi. Elle finirait par trouver quelque chose à faire. Elle trouve toujours quelque chose à faire ! Pour ça il suffit juste de sortir des sentiers battus, c'est donc ce qu'elle fit. Elle erra dans la forêt pendant un long moment jusqu'à ce qu'un jeune homme sorte d'un arbre. Elle se stoppe net et attendit.

- J'en ai vu des choses étranges mais un type mignon comme tout qui sort d'un arbre alors ça jamais !


Elle lui afficha son plus beau sourire et sortie une cigarette à base d'écorce et de pétales, elle la porta à sa bouche et l'alluma. Alicia n'avait pas peur des hommes, bien au contraire, elle les trouve fascinant. C'est donc comme un félin qu'elle s'approcha du nouveau venu, lui tournant autour, répandant tout autour d'eux son nuage de fumée.

- D'où est-ce que tu viens ? Comment est-ce que tu t'appelles ?


Le jeune homme regarda cette tentatrice avec admiration. Elle était vraiment vraiment jolie mais elle était surtout si jeune.... Elle avait beau essayer de faire croire le contraire en se comportant comme une adulte, on voit bien qu'elle n'est encore qu'une enfant. Pourtant, Épouvantail Jr. fut heureux que ça soit son visage à elle qu'il vit en premier en arrivant ici.

- Je suis Zéro Skellington et je viens d'Halloween Town.


Zéro n'a jamais été très doué pour montrer ses sentiments. C'est peut être aussi pour ça qu'Alicia lui trouva du charme. Les contraires s'attirent ça ne fait aucun doute !

Dans un premier temps, Alicia passa la journée avec l'étranger, lui montrant ses endroits secrets et lui parlant un peu d'elle et de sa famille. Ensuite se fut son tour à lui de se confier, il lui expliqua d'abord la raison de sa venue ici et lui dit également qu'il n'a prévu de rester que pour deux semaines. Il lui parla aussi un peu de sa famille et la journée était passée bien plus vite qu'ils ne l'auraient crû. La jolie blonde lui offrit le gîte et le couvert et les deux passèrent toutes leurs nuits et toutes leurs journées à parler, se découvrir, marcher, jouer. Plus les jours passaient et moins Zéro avait envie de se faire de nouveaux amis. Elle lui suffisait amplement.

Au bout des deux semaines..... Et bien.... ils ne se rendirent même pas compte que les deux semaines étaient passées depuis deux mois. Zéro donna de ses nouvelles à sa mère, lui disant qu'il s'amusait bien et qu'il comptait rester plus longtemps que prévus.
Comme pour tout les couples, l'excitation du début s'envola aussi vite qu'elle était venue, alors ils dut réfléchir à de nouveaux moyens de s'exciter. Au début il n'était pas question de sexe, juste de fumette, boisson euphorisante et autres substances psychédéliques dont raffole la jeunesse. Zéro passait ses journées à fumer et à se battre contre des hommes qui avaient tendance à trop reluquer sa copine. Copine qui cherchait volontairement la bagarre. Ils formaient un couple atypique.... Après tout, Zéro a au moins 5 ans de plus qu'elle, tout le monde se demandait qu'est-ce qu'il faisait avec elle ? On le regardait bizarre comme s'il la forçait à être avec lui. Les pauvres, s'ils savaient que des deux c'est Alicia qui représente la plus grande menace, on cesserait peut être de le regarder comme un violeur d'enfants.

Les mois passaient à toute allure et ça allait bientôt faire un an que Zéro se trouvait au Pays des Merveilles, il en avait appris des choses ! Aussi, un matin, se réveillant au coté de sa belle compagne qui venait de fêter ses 15 ans, il lui dit.

- Et si tu venais avec moi à Halloween Town ? Tu pourrais rencontrer mes parents.


Alicia s'étira et réfléchit. Oui ce n'était pas une si mauvaise idée, et puis peut être qu'ils pourront rester là bas. honnêtement elle en avait plus que marre de se pays de bouseux, elle voulait voir si l'herbe n'était pas plus verte ailleurs.

- Pourquoi pas. Est-ce qu'on pourra faire tout ce qu'on veut ?


Zéro sourit, et l'enlaça.

- Absolument tout ! On pourra détruire, salir, casser, démonter ! Tout ce qui pourra te distraire.

La jeune femme eut un sourire malicieux.

- Et il y aura des garçons ?

Elle savait bien comment le faire partir au quart de tour, aussi, le voyant froncer les sourcils, elle rit légèrement et l'embrassa tendrement pour le calmer. Elle lui avoua que ce n'était qu'une boutade et se leva pour prendre une douche puis un bon petit déjeuner.

Les jours d'après, les deux amoureux les ont passés à préparer le grand retour du fils tant attendu. Il avait prévenu sa mère qu'il allait bientôt rentré, tout le monde était au courant et tout le monde l'attendait avec impatience.

- Tu penses que tes parents vont m'apprécier ?


Sincèrement, il savait que non, mais il ne voulait pas lui dire la vérité. Il y avait bien trop de raison pour que sa mère la déteste, il n'aura jamais le temps entre ici et Halloween pour toutes les énumérer. Quant à son père, je pense même qu'il risque de l'aimer un peu trop. Son père sera extrêmement fière qu'Alicia soit si méchante, sûre d'elle, charismatique etc.... Ce sont pile les qualités qu'il aime chez un individu. Qu'est-ce qu'il fait avec Sally alors ? Disons que même s'il aime les femmes comme lui, il est content que Sally soit tout l'opposer car même si elle le comprend, elle lui permet surtout de se canaliser. D'une certaine façon, même s'il est plus vieux, Zéro canalise mieux Alicia que l'inverse. C'est une jeune femme qui n'a pas froid aux yeux, véritable séductrice, elle a su parler le langage des hommes très tôt.

- Je pense que mes parents vont t'adorer ! Tout particulièrement mon père.


Un demi mensonge n'est pas un vrai mensonge. C'est du moins comme ça qu'il a essayé de se convaincre. La jeune femme passa son visage dans le cadre de la porte de la salle de bain.

- Je pense qu'on devrait faire une fête gigantesque pour notre départ !


Le jeune homme acquiesça de la tête, pourquoi pas. La fête, il s'y connait, venant d'un pays qui ne sait faire que ça. Il ne risque pas de se sentir dépaysé.

- Oui pourquoi pas, avec le Chapelier, le Lièvre, ta mère, la Reine....


Il fut coupé dans son élan par le regard assassin de sa compagne. Elle n'avait vraiment pas l'air d'avoir apprécié la liste des invités. Il la regarda légèrement effrayé et lui demandé hébété.

- Quoi ?

Elle bondit comme une lionne.

- Quoi, quoi ? Tu crois que j'ai envie de faire la fête de ma vie avec mon légume de mère et mes Nounous-Parrains ? Ou avec cette conne et ses sbires ? Arrête de dire de la merde s'te plait !


Motus et bouche cousus. De toute évidence, elle n'avait vraiment pas aimé la liste des invités. Haussement d'épaule légendaire dans la famille Skellington/Liddell/Cheshire. Au final, elle n'a qu'à inviter qui elle veut ça lui est bien égale. Tout ce qu'il veut c'est être avec elle puis rentrer chez lui. Qui sait, peut être que durant cette fête, elle et lui passeront à l'étape supérieur. Il ne lui en a jamais parlé mais il aimerait bien faire sa première fois avec elle. Il sait qu'elle en revanche n'en est pas à son coup d'essaie mais il n'est pas jaloux. Enfin si mais il se rassure en se disant qu'au moins, lui il est sûr de l'épouser. Comment il le sait ? Parce qu'il est clairement fou d'elle et que vivre sans elle lui est tout simplement inconcevable.

Finalement, Alicia se chargea des invitations, invitant tout les jeunes du royaume et royaumes alentour. Il fallait que ça soit quelque chose de monstrueux donc elle a proposé de le faire sur le Champ de Mat, le champ de bataille où la grande Alice avait autrefois terrassée le Jabberwocky munie de l'épée Vorpaline. Ce champ, semblable à un échiquier géant, était parfait pour faire la fête sans être dérangé. Personne ne venait plus ici depuis la guerre. C'était un squatte de jeune gens sans avenir, c'est donc tout naturellement qu'Alicia a eu l'idée de venir ici.
Sont présent tout les méchants, les rejetés et les cas sociaux de tout les royaumes. Drôle de fréquentation mais ce n'est pas tout les jours que le cortège de Cendrillon fait une halte au Pays des Merveilles. Ou que le prince Hans et ses douze magnifiques frères décident de faire un safari ici. Non, donc on fait avec les moyens du bord et les moyens du bord sont Ethan March et sa team de bras cassés, Les Tweedle Jr., Les enfants des valets de la reine de Cœur etc etc. Tous présent pour fêter le départ de leur jeune amie et de son amoureux.

La fête battait son pleins et Zéro peina à suivre le rythme de sa chère et tendre qui elle sautillait gaiement de groupe d'amis en groupe d'amis. En parfaite hôte, elle ne laissa personne de coté, flânant entre tout les groupes, parlant à tout les garçons qu'elle rencontrait etc. A force de la perdre de vu, le futur maître de cérémonie d'Halloween, commençait vraiment à être exaspéré mais ne laissa rien paraître. Au moment où, fou de rage il allait finir par s'en aller, il reçut un petit message de la part d'une carte à jouer. En lisant le mot, il reconnu l'écriture de sa chérie qui l'invitait à la rejoindre en haut de la tour. Cette même tour qui avait vu la tête du Jabberwocky séparée de son corps. Le jeune homme accouru au point de rendez vous et là, celle qui allait être sa femme dans quelques semaines, l'attendait, dans son plus simple appareil, uniquement vêtue des rayons de lunes.

- Qu....Qu'est-ce que tu fais dans cette tenue ?


Lui demanda-t-il, ne sachant pas s'il devait être gêné ou en colère de la voir comme ca.

- Je t'attendais. Je crois qu'il est temps qu'on se montre à quel point on s'aime.


Et ils se sont aimés. Trois fois. C'était fantastique, aussi bien pour elle que pour lui. Les amants avaient fait leur affaire en toute tranquillité, fond musicale accompagné d'éclats de rire et pour seule témoin de leur amour, la lune qui saura certainement gardé le secret sur les cochonneries qu'ils venaient de faire.

- Je t'aime.

La jeune femme leva ses yeux vers son futur mari et sourit. Elle ne s'attendait pas à ce qu'il se déclare le premier. D'habitude les hommes n'osent pas déclarer leur sentiment de but en blanc mais il l'avait fait. Il l'avait fait pour elle.

- Je t'aime aussi.

C'était sincère. Elle aura toujours été sincère dans ses sentiments. Zéro est l'homme de sa vie, elle en est persuadée, même si elle pense qu'il n'y a rien de mal à goûter les glaces du voisinage.

La fête dura toute la nuit et même quand les premiers rayons du soleil ont commencés à faire surface, il restait encore les derniers fêtards qui avaient essayé de se pécho toute la nuit sans succès et le soleil venait leur signaler de lâcher l'affaire. Tant pis, une prochaine fois. Alicia et Zéro étaient rentrés depuis longtemps, voulant de nouveau profiter des joies de leurs corps.
Quand dans quelques semaines, la jeune blonde se rendra compte de ce que cette nuit de folie aura engendré, elle sera moins enthousiaste à l'idée de forniquer de nouveau. Dans très exactement un mois la jeune femme va se rendre compte que ses règles ne sont toujours pas arrivées. Puis elle va se dire qu'avoir du retard ce n'est pas si grave, seulement au bout d'un mois et demi, toujours pas de règle mais une intolérance de plus en plus forte pour les odeurs trop prononcés.

- Zéro....

Elle n'arrivait même pas à mettre des mots sur ce qu'elle venait de constater, pour elle ce n'était pas possible. Ce n'est pas le genre de chose qui arrivent aux filles de 15 ans, c'est simplement une légende qu'on raconte au petite fille pour pas qu'elles couchent avant le mariage mais c'est un mythe en fait ! ...... Bhein en fait non. C'est la réalité et c'est en train de lui arriver à elle !

- Oui je sais. Heureusement que nous partons dans deux jours. On se mariera là bas avant que ton état ne se remarque. Ne t'inquiète pas, tout se passera bien.

Et il n'avait pas menti, le voyage se passa sans anicroche et leur arrivé en ville fut vivement acclamée. De la musique, des cris d'enfants et autres festivités suivaient le cortège depuis l'arrivée du carrosse des futurs jeunes parents.

Jack Skellington les attendait sur la place de la ville et quand ils furent sortis de voiture et virent que toute la ville avait fait le déplacement, ils en restèrent bouche bée.

- Je vois que ça vous étonne ! Je l'aurais parié !


Jack salua Alicia et tout les trois se rendirent dans la maison Skellington où Zéro fit les présentations entre sa mère et sa future femme. Comme il s'y attendait, elle n'a pas sauté au plafond. Loin de la. Si elle avait pu le prendre à lui pour la gifler à elle.......
Mais pour lui se ne fut qu'une formalité, il n'attendait pas l'approbation de ses parents ni même leur bénédiction, il voulait simplement les tenir au courant que dans un mois, lui et sa femme seraient unis pour le meilleur et pour le pire.

- Tu avais dis que tes parents m'apprécieraient.....


Sentant venir le revers de la médaille, Zéro préféra être honnête dès maintenant.

- Je t'ai menti parce que je ne voulais pas que tu t'angoisses pour rien. Ma mère ne t'aurais pas aimé, qui que tu sois. C'est comme ça. Elle fait genre qu'elle a simplement une dent contre toi parce que tu fais mauvais genre mais c'est simplement une excuse. Elle ne veut pas me partager et aurait réagit de la même façon avec une autre femme tu n'as pas à te soucier d'elle. Ça finira bien par passer.

La jeune femme haussa les épaules, même si elle avait l'air de faire passer ça au dessus de sa tête, ça lui trottait quand même dans l'esprit. Pourquoi sa belle mère ne voulait pas que son fils l'épouse. Est ce simplement une question d'âge ? Ou bien est ce qu'il a raison, sa mère voit en elle une mauvaise herbe et ne veut pas que sa famille soit associé à la sienne ? Peu importe les raisons, Zéro a raison, la pilule finirait bien par passer car ils se marieront qu'elle le veuille ou non.
Cependant, un peu avant le souper, Sally vint trouver sa futur belle-fille dans sa chambre. Elle regarda de haut en bas et su tout de suite qu'elle cachait quelque chose. Sans s'imaginer que ce quelques chose était en train de grandir en elle, elle pointa un doigt menaçant en direction d'Alicia.

- Je ne sais pas pourquoi le destin a voulu que ça soit vous qui partagiez la vie de mon fils mais sachez une chose, je n'ai pas fourni tant d'effort dans le but d'avoir une famille équilibrée pour voir cet équilibre basculer à cause d'une Marie-Couche-Toi-Là. A bon entendeur...

Puis elle s'en alla comme elle était arrivée. Bon....La pilule n'était toujours pas passée. Alicia aurait pu se vexer mais non. Petit haussement d'épaule et sa soirée continua comme si rien ne s'était passé.

Puis le jour du mariage arriva et Alicia n'avait aucune envie de penser à sa rabat-joie de belle mère, au contraire, elle passait bien trop de bon temps avec son beau père qui lui n'avait d'yeux que pour elle. Au grand dam de son fils. Même si Jack et son fils gardait d'assez bon contacte, le fils n'aimait pas voir son père reluquer sa fiancé avec autant d'étoile dans les yeux. Non pas que Jack ait un penchant pour les jolies jeunes filles, simplement qu'Alicia représentait le genre d'enfant sans peurs et pleine d'audace qu'il aurait aimé avoir.... Et ça, Zéro le savait parfaitement.

Tout se passa magnifiquement bien jusqu'à ce qu'une milice arrive pour gâcher la fête, obligeant tout le monde à quitter la ville. Ils les ont tous mit sur des navires pour les envoyer sur une île pour qu'ils y soient fait prisonnier. Jack n'a pas voulu se rendre aussi facilement mais Sally ne voulait pas faire d'esclandre, bonne idée. Dans son état, ce n'était pas le moment pour Alicia de se faire bousculer. Elle capitula elle aussi sans condition, suivant son mari et sa famille vers ce nouveau monde qu'elle ne connaissait pas.

Au début, ça a été difficile, Zéro ne voulait plus dépendre de ses parents et Alicia n'avait aucune famille ici. Les enfants se retrouvaient donc livrés à eux mêmes.

- A nouveau tu veux me planter un couteau dans le coeur !

Roulement des yeux suivit d'un soupire alors qu'il chargeait ses sacs dans la voiture que son père lui avait offert comme cadeau de mariage.

- Non maman, je ne te planterais jamais rien dans le coeur et tu le sais très bien. Tout comme tu sais également qu'il est normal pour nous de vouloir notre cocon familiale.

Sally croisa les bras sous sa poitrine bien décidée à camper sur ses positions, cherchant du regard son mari pour qu'il la soutienne un minimum.

- Et tu m'expliques où se trouve ce cocon ? Sur la banquette arrière ?!

Jack avança d'un pas sur le perron et posa son bras sur l'épaule de sa femme. L'idée que Zéro puisse préférer mettre sa femme enceinte sur la banquette arrière d'une voiture plutôt que chez eux lui était tout aussi inconcevable.

- Moi non plus je ne comprends pas le plan que tu nous fais ! Il est perdu d'avance. Ta femme est jeune et enceinte, ici on ne connait rien ni personne et toi tu n'as seulement que deux ans d'existence. Presque trois, excuses moi ! Tu crois que tu risques d'être un bon chef de famille dans cette jungle qu'est la vie ?

Zéro grimpa dans la voiture et sa femme lui emboita le pas sans trop oser regarder ses beaux parents. Ils démarrèrent en trombe sans un regard en arrière.

Sally pleura sur l'épaule de son mari.

Cette vieille voiture en aura vu des vertes et des pas mûre mine de rien ! Elle aura même connu la naissance de leur magnifique petite fille.
Au début, les beaux-parents avaient raisons, la voiture furent leur seul logement mais au moins ils étaient heureux d'être ensemble. Alicia refusait de se montrer en ville avec son gros ventre, déjà qu'en temps normal on juge une fille de quinze ans enceinte alors imaginez quand c'est une ville peuplée de méchants qui eux peuvent se faire un spectacle complet sur votre état ! Avec les hormones qui montent et descendent, elle ne veut surtout pas leur offrir le rappel en pleurant devant eux ! Elle passait donc le plus clair de son temps avec son mari et leurs amis. Elle ne sut pas le sexe de son bébé et ça lui était bien égale. D'un certain coté, elle n'attendait pas cette enfant comme la prochaine saison de Once Upon A Time mais elle ne ressentait pas non plus d'animosité à son égard. Tout ce qu'elle voulait c'est qu'il sorte. Y'a des jours où elle supportait son état plus que d'autre. Certains jours elle trouvait le temps long, ne pouvant pas s'amuser comme elle l'aurait voulu, ne pouvant même pas faire l'amour quand elle veut et dans n'importe qu'elle position ! Qu'est-ce qui pouvait bien lui rester ! Donc ouais.... Peut être qu'elle commença à ressentir un peu d'animosité sur la fin, en fait.
A l'inverse, Zéro n'attendait que ça ! Le fruit de son union avec la femme de sa vie, il avait hâte de voir le résultat se promettant d'être un meilleur père que n'a été le sien. Quand il aura sa fille entre les mains, Zéro la serrera si fort que la petite se mettra à pleurer, mais c'était plus fort que lui, il voulait voir si elle n'était pas un rêve tellement il la trouvait parfaite.

Leur vie sur l’île était bien meilleure que sur le continent, ici Alicia n'avait que l'embarras du choix pour faire des bêtises. Il y avait tellement de trucs à détruire et à saccager ! ET puis la fête ! Et les garçons ! L'alcool ! Tout était meilleur ici. Comment pouvait elle se limité alors que tout un nouveau monde l'attendait. Hally a eu de la chance de ne pas naître avec un troisième bras. Zéro et Alicia furent des parents merdiques, au final, mais ça je pense que vous aurez l'occasion de le découvrir dans notre prochain épisode de La vie de merde des Skellington/Liddell/Cheshire.


codage by Sybline



Dernière édition par Hally W. Skellington le Dim 22 Oct - 23:09, édité 28 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar


CO-FONDATRICEDéesse de la Nuit


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 116
Date d'inscription : 05/10/2017



MessageSujet: Re: Il y a une ombre dans le vent, je crois qu'une tragédie m'attend. [Hally]   Sam 7 Oct - 17:43

Bienvenue officiellement à toi Holly


Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 137
Date d'inscription : 22/09/2017



MessageSujet: Re: Il y a une ombre dans le vent, je crois qu'une tragédie m'attend. [Hally]   Sam 7 Oct - 17:48

bienvenue, j'ai hâte de voir pourquoi tu fais tant de mystère
Revenir en haut Aller en bas

avatar


MEMBREAussi rebelle que sa mère !


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 286
Date d'inscription : 21/09/2017



MessageSujet: Re: Il y a une ombre dans le vent, je crois qu'une tragédie m'attend. [Hally]   Sam 7 Oct - 17:49

Bienvenue parmi nous Hally Smile
Revenir en haut Aller en bas

avatar


MEMBRELe plus Beau n'est plus Gaston !


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 141
Date d'inscription : 21/09/2017



MessageSujet: Re: Il y a une ombre dans le vent, je crois qu'une tragédie m'attend. [Hally]   Sam 7 Oct - 17:50

Bienvenuuuuuuuue !!!
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité







MessageSujet: Re: Il y a une ombre dans le vent, je crois qu'une tragédie m'attend. [Hally]   Sam 7 Oct - 18:45

Merci à tous *-*
J'espère que ma fiche va vous plaire, je vais vraiment essayer de bien travailler dessus =3 (histoire que Nick n'est pas l'impression d'avoir perdu son temps xD)
Dylan -> Tu risques d'être déçu x)
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 137
Date d'inscription : 22/09/2017



MessageSujet: Re: Il y a une ombre dans le vent, je crois qu'une tragédie m'attend. [Hally]   Sam 7 Oct - 18:50

j'espère que non, ça en prend beaucoup pour me rendre déçu
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 110
Date d'inscription : 23/09/2017



MessageSujet: Re: Il y a une ombre dans le vent, je crois qu'une tragédie m'attend. [Hally]   Sam 7 Oct - 18:58

Bienvenu Hally et hâte de lire ta fiche ^^ (wow elle est bien grande ta famille ^^)
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité







MessageSujet: Re: Il y a une ombre dans le vent, je crois qu'une tragédie m'attend. [Hally]   Sam 7 Oct - 19:17

Merci merci =3
J'espère qu'elle plaira à tout le monde =)
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 114
Date d'inscription : 24/09/2017



MessageSujet: Re: Il y a une ombre dans le vent, je crois qu'une tragédie m'attend. [Hally]   Dim 8 Oct - 15:22

Bienvenue sur le forum !!!

J'adore l'idée de ton personnage, j'ai déjà un peu lu et ça à l'air pas mal du tout Very Happy J'ai hâte d'en découvrir plus.
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité







MessageSujet: Re: Il y a une ombre dans le vent, je crois qu'une tragédie m'attend. [Hally]   Dim 8 Oct - 16:28

Ouuuuuh mon premier avis *-*
Je suis contente que ça plaise pour le moment =p
Je vais essayer de la finir le plus vite possible et merci merci merci *-*

Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité







MessageSujet: Re: Il y a une ombre dans le vent, je crois qu'une tragédie m'attend. [Hally]   Jeu 12 Oct - 13:08

Bonjour =) je viens quémander un délai supplémentaire juste au cas ou x) Je ne pense pas l'avoir fini d'ici samedi surtout sans ordinateur x) donc Voilà voilà mais je fais au plus vite =)
Revenir en haut Aller en bas

avatar


CO-FONDATRICEDéesse de la Nuit


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 116
Date d'inscription : 05/10/2017



MessageSujet: Re: Il y a une ombre dans le vent, je crois qu'une tragédie m'attend. [Hally]   Jeu 12 Oct - 13:18

Accordé. Courage à toi
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité







MessageSujet: Re: Il y a une ombre dans le vent, je crois qu'une tragédie m'attend. [Hally]   Mer 18 Oct - 19:19

Oh mon dieu *n'y croit pas et tremble légèrement* O.O Je.....Je....Je.... *bégaye et transpire d'excitation* Je.... JE CROIS QUE J'AI FINI !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


cat cat cat cat Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad bounce bounce bounce bounce hinhin hinhin hinhin hinhin hinhin hinhin hinhin hinhin hinhin hinhin hinhin hinhin hinhin pompom pompom pompom pompom pompom pompom slip slip slip slip crazy crazy crazy crazy crazy hello hello hello hello hello hello
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 45
Date d'inscription : 21/09/2017



MessageSujet: Re: Il y a une ombre dans le vent, je crois qu'une tragédie m'attend. [Hally]   Ven 20 Oct - 3:43

Hey hey ! Excuse-moi du retard et bienvenue sur le foru (du coup, on s'est déjà croisé mais ça ne fait jamais de mal d'être poli ♥️)

Du coup, toutes mes condoléances, ehe. Ca va être moi qui te validera pour cette étape ! Et généralement, je suis un valideur relativement consciencieux. J'espère que tu t'es armé de patience, ma belle. Vu que tu nous a fait de jolis petits posts bien paragraphés, je vais les commenter un par un, si ça ne te dérange pas ♥️

JACK & SALLY

Tu as une très jolie écriture. Très fluide et agréable. Elle se lit facilement et malgré quelques fautes parfaitement innocentes, on sent que tu as pris du temps pour te relir. Ca fait du bien de lire une fiche aussi méticuleuse que la tienn ! Je t'en remercie !

L'idée de faire de Jack un gros enculé est un parti pris sur lequel je ne discuterai pas. Ni de faire de Sally une grosse soumise, ehe. C'est ta version ! Je la respecte même si je trouve qu'à certains moments, c'est peut-être UN PEU trop. Il n'empêche. J'ai eut de véritables haut le coeur en lisant cette bio absolument déchirante. Ehehe, le couple que tu as créé est un hymne au sexisme et a la misogynie. Tout rappelle la place de la femme.

Le mari travaille. La femme soumise qui se contente AMPLEMENT de l'amour du mari qui n'a même pas BESOIN de faire l'effort de le montrer puisque "un regard suffit". En attendant, Sally ne passe pas UN MOMENT à faire autre chose que de lui faire à manger ou faire les courses. A un moment même, Jack ne la cherche que dans DEUX endroits quand il la perd : La cuisine et le salon Puisqu'elle n'est pas là où elle devrait être, OU EST-ELLE ? Ehe. C'est juste odieuuuux ! Et ensuite, la seule chose qui "règle" les soucis de leur couple, c'est un ENFANT. C'est même pas de discuter. C'est pas de faire des efforts. Non. C'est l'enfant qui apportera FORCEMENT l'équilibre dans un couple. D'ailleurs, "soucis de leur couple", c'est vite dit. Le seul qui a décidé qu'il y avait un problème dans leur couple, c'est Jack. Le mari. Le mari décide quels sont les problèmes et comment y remédier sans consulter son épouse. Puisque de toute façon, la femme ne peut pas exprimer un problème de couple. Son seul soucis, c'est de savoir si son mari est heureux ou non. Sally n'a pas d'envie personnelle. Pas de loisir personnel. Pas d'amis personnel. D'ailleurs elle n'a pas d'ami puisque son mari lui suffit. Son mari qui décide de lui faire un enfant. Sans la consulter 8D C'est magique. Et évidemment. Elle l'accepte. L'éduque. Puisque "lasser des chaussures" c'est aux mères d'apprendre ça aux enfants. Les papas, ils apprennent a leurs gosses à travailler !

D'ailleurs. Une fois que la mère a accompli son rôle de femme et de mère... On n'entend plus parler d'elle ! Et seuls les deux hommes survivent dans la bio ! Si ce n'est pour rappeler sa dépendance a son propre fils - l'empêchant de partir. Parce qu'évidemment, elle dépend AUSSI de son fils qu'elle ne veut pas voir partir 8D C'est marrant du coup que Sally perde son prénom pour s'appeler "Maman". Elle n'est plus une femme a part avec ses propres convictions. Elle n'est plus qu'une mère.

Ehhehe en bref, cette partie m'a beaucoup remué et je trouve que tout est finement bien pensé pour ressentir ce malaise conjugal et sexiste au premie degré !

Petit bémol : Finkenstein n'aime pas Sally. Il ne l'a jamais aimé. C'est son esclace, sa chose et ne va jamais la défendre autrement que pour son intérêt personnel. Alors aller plaider sa cause de "pauvre pitchoune maltraitée" à Jack... C'est pas vraiment le style !

ALICE & Le CHAT

Je ne me répèterai pas concernant ton écriture ♥️ Un compliment à la fois. J'avoue que cette partie m'a laissé un peu plus perlexe.

Bon, que Alice se tape le Chat... J'ai envie de dire "why not" ! Qu'elle doit supporter H24 le Chapelier et le Loir... Ehehe, je le conçois. En revanche, sa conversation avec Absolem m'a laissé perplexe. Alice est clairement en dépression. Elle se laisse aller, déprime, voit tout en noir et se fait même du mal en fumant le narguilet dans son état - par ailleurs... Bon, je DETESTE le film et je trouve que ton Alice est peut-être un eu trop grunge pour la gentille petite et stupide fille anglaise qu'elle est... Et d'un coup d'un seul, "Les enfants sont une bénédictons, je vais reprendre ma vie en main !" Bon. Ehehe, ca va... Pas trop dure...

Je trouve son revirement un peu trop facile et elle gagnerai à mettre plus de temps à faire le travaille sur elle-même.

Par ailleurs. Okay, les enfants c'est cool. Mais c'est pas un "bénédiction". Absolem qui sous entend que puisqu'elle est mère, elle n'a pas de raison d'être morose... Bon. Ehe, j'ai beaucoup de mal avec cette vision des faits qui transforme les mères qui ne se réjouissent pas de leur état en espèce de monstres maternels. "Tu es mère, les enfants, c'est beau. Soi heureuse et tais-toi." 8D Bref. Ca me plait moyen ! Je trouve ça assez injuste que Alice n'ait pas le DROIT de ne pas être heureuse d'être mère (d'ailleurs, elle ne s'en plaint même pas... Tout ce qui la chagrine c'est pas d'être enceinte. C'est qu'elle est coincé au pays). Mère par accident. Ehehe, au plus grand damn de beaucoup de femmes, hélas, la maternité n'est pas une fibre inconsciente encrée chez toutes les femmes... ♥️

Petite citation :

"Elle a fait une dépression puis s'en est à peu près remise. Pour tenir le coup elle s'est mise à prendre toutes sortes de substances que l'on pouvait trouver au Pays. Malheureusement, ça n'a fait qu'empirer son état psychologique déjà fragile."

8D Alors. Soit elle se remet de sa dépression. Soit son état empire... Mais en général, on fait pas les deux en même temps 8D

Puis pour la partie où le Lièvre élève la gamine, bon... Je veux bien qu'elle ait appris a faire du thé. Qu'elle ait une logique ou une intelligence supérieure a la moyenne... Mais je doute que ce soit un lièvre et un taré qui lui ont appris a lire et à écrire... Et puis le Chapelier qui qualifie la drogue de "cochonnerie" xD C'est l'hopital qui se fout de la charité. Depuis quand il a conscience que la clope, c'est pas bon pour la santé ?

Petite citation (bis) :
"Elle va laisser sa colère sortir contre sa bon à rien de mère fumeuse d'herbe ! "

Pauvre Alice... Visiblement, elle a les pires meilleurs amis au monde s'ils ne la soutiennent pas plus que ça dans sa dépression 8D

ALICA & ZERO

J'aime beaucoup le début de cette partie ! On admet assez facilement les horreurs des parties précédantes et on voit tout ça de l'oeil neuf et extérieur de Alicia. C'est très agréable et après avoir eut un soulèvement de coeur en lisant les histoires précédantes, on est prit d'un soulagement assez agréable ♥️ J'adore ! Et puis on sent bien que tu sais de quoi tu parles et ça donne un cachet vraiment crédible et vraisemblable à ce début !

Ehe, Alica et Zero sont antipathiques à mort, mon Dieu xD Je les adore...

La suite arive naturellement et e trouve ça juste dommage que la grossesse soit aussi survolée. Comme si ça n'avait pas d'importance... Alors oui, Alicia est un peu métal mais... Un petit paragraphe ou quelque mots pour en parler aurait été sympa ehe. ♥️

HALLOWEEN

La bio est très sypathique ! Nouvelle vision des choses ♥️ Hally est ma foi très chou en essayan d'excuser ses parents pour leur irresponsabilité, ehe.

Par contre, fait très attention. Je révèle quelques contradictions. Par exemple, Jack vient visiter Alicia et Zero parce qu'il adore Hally mais tu dis plus tard que la relation père/fils s'est détorioré. On n'a pas vraiment de précision là-dessus et j'entends assez simplement qu'ils ne se parlent plus... Mais alors comment ce faisse qu'il vienne la voir souvent - et n'ai pas été au courant qu'ils vivaient dans une voiture - ?

Par ailleurs... "A l'inverse de moi, on a su à l'avance que ça allait être un garçon. Pour moi, de honte ils ont préféré avoir la surprise. " C'est dommage qu'on ait pas appris ça plus tôt !Ou que ce ne soit pas un peu étoffé.

(Petite note : Le titre de Roi d'Halloween n'est qu'un titre. Jack n'est pas VRAIMENT roi... Aussi, ce n'est pas un titre qui se transmet de génération en génération comme tu le laisses entendre entre Zero et le père de Jack. Si Jack s'occupe de Halloween c'est que c'est son métier. Il ne l'a pas hérité de son père. Et le maire n'a pas à s'occuper de Halloween le temps que Jac soit assz grand comme si c'était une régence...)

"Du coup ça fait de moi une bon vivante avec de gros lolo donc j'étais un peu obligée de coucher avec tout mes potes pour qu'ils arrêtent de me mater sans arrêt !"

xDDD WAT ? Mais c'est horrible... C'est quoi cette façon ATROCE de penser ?! (petite blague a part)

"Y'a pire dans la vie que de se faire violer alors qu'on est inconsciente."
Par contre... Je sais que c'est la mentalité du personnage mais... On ne sait pas qui peut lire ce genre de phrase, quels sont les vécus des membres et comment ils percevront cette remarque. Du coup, par respect, je te demanderai de retirer cette phrase de ta bio ^^

"Je sais qu'être enceinte à mon âge n'est pas catastrophique, c'est juste que j'avais pas prévu ça !"
xDD Qu'importe ton âge... Quand on se retrouve enceinte suite a une beuverie et qu'on ne se souvient pas du père et qu'on ne l'a pas décidé et que c'est la première fois... "Catastrophique" est le mot le plus approprié pour décrire la situation tel que je pourrais personnellement le ressentir. Et ceux, que ce soit à 15 ans, 25 ans ou 45 ans.


***

Bon voilà voilà ! J'avoue avoir commenté un peu en même temps que j'ai lu ta fiche. Donc beaucoup de choses à trier et je vas te faire un résumer des choses à corriger avant que je puisse te valider. Ce sera plus simple pour toi !

1) Essayer de rendre un peu honneur à Sally ne serait pas de refus parce qu'en admettant qu'elle ADORE Jack... Je suis un peu surprise de son rôle dans cette famille.

2) Finkenstein ne défend pas Sally. Je veux bien que tu adaptes les personnages mais certains choses sont des canons assez évident et le fait que Finkenstein n'en a rien à carrer de Sally en fait partie.

3) Etoffer la partie où Alice sort de sa dépression pré-natale.

4) Corriger l'incohérence où tu dis que Alice se remet de sa dépression pour ensuite dire que son état empire.

5) Le Chapelier et le Lièvre et le Loir n'ont pas pu élever Alicia correctement. Savoir lire, écrire, compter... Alicia manque FORCEMENT de repères très importants. Les jours de la semaine, les mois, les saisons. Tout ce qui s'apprend à la maternelle et que clairement, la clique de ses parrains n'ont jamais appris ou n'ont cure. Parc qu'ils sont fous.

6) Etoffer la grossesse d'Alicia, son vécu serait le bienvenue. Parce que tu parles beaucoup de grosses non attendues mais tu n'étoffes jamais les états d'âme. Et toutes l'acceptent SUPER facilement. Sally, Alice, Alicia, Hally... Chacune des meufs que tu manipules restent absolument passives devant leur état qui est pourtant assez dramatique. Je peux admettre qu'un ou deux personnages sont un peu passifs face à leur propre corps. Mais quand c'est TOUS les personnages féminins que tu manipules... Ca fait beaucoup ! Bref, j'attend quelqus lignes sur l'une de ces grossesses improvisées ♥️

7) Corriger les incohérences de vie ou en tout cas, parler de la relation père/fils qui semble importante.

Cool Jack n'est le Roi de Halloween QUE parce qu'il est le meilleur dans son organisation... Mais en aucun cas il ne possède de titre de noblesse comme tu le sous-entends tout le long de ta fiche.

9) Retire la phrase citée ci-haut sur la dédramatisation du viol, s'il te plait.


Voilà voilà ! Les modifications faites, je pourrais te valider ! ♥️
Bon courage en tout cas et navré pour ce retard !
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité







MessageSujet: Re: Il y a une ombre dans le vent, je crois qu'une tragédie m'attend. [Hally]   Dim 22 Oct - 23:10


Halloween

"Sait-il que pour lui, je donnerai ma vie..." Sally Skellington


- A moi !! Youhou ! Je suis là ! A moi !
Halloween essaye de traverser le mur de corps que ses illustres ancêtres font devant les caméras.
- Hey ! Cette fois c'est mon tour ! Moi aussi j'existe et je fais partis de cette famille !


Maintenant que les présentations sont faites, on peut parler de moi. Après tout, normalement on est là pour ça. Je sais bien que pour bien vous conter mon histoire il fallait qu'on vous raconte les leurs mais quand même... Lâchez un peu le micro les gars ! C'est mon histoire !

Alors pour commencer, je suis née sur la banquette arrière d'une voiture pourrie le soir d'Halloween. (Rare chose que j'ai en commun avec mon père ! ) Ça aurait pu être pire, mais ça aurait pu être vachement mieux aussi ! Pourtant c'est comme ça que la première petite fille du célèbre Roi des Citrouilles a vu le jour. Dans un parking moisi, entouré de punks et de voyous fumeurs de joints. C'est en très bonne compagnie que ma mère avait décidé de passer sa soirée. Allez, on est jeune ! Profitons de la vie, se disaient-ils tous, avec une meuf enceinte jusqu'aux yeux ! Bas'le'c ! Donc ma mère, en bonne ado rebelle, se trouvait dans cette voiture, se laissait emporter par la musique pleine de boum boum boum jusqu'à ce que.... Aïe.... Ça fait mal... Sauf que le temps que tout le monde bouge le petit doigt, mes cheveux commençaient déjà à sortir de son vagin ! Oui. Oui, oui c'est bien ce que j'ai dis et c'est bien ce que vous croyez. Les premières personnes à avoir posés leur mains sur moi étaient aussi sales que défoncées ! J'ai eu beaucoup de chance de pas chopper une de leur saloperie qu'ils se transmettent toute la journée !

Quand les secours sont arrivés, j'étais née. Ma mère a été conduite à l’hôpital et a subi une batterie de test pour être sûr que tout allait bien. Tour comme moi d'ailleurs. Je sais bien ce que vous vous demandez. Où est mon père ? Et bien lui son truc c'est les bagnoles, mais genre les grosses bagnoles qui vont vites ! Il était donc en train de faire une de ces fameuses courses illégales et dangereuses quand ma mère était en train de réaliser le miracle de vie. Vous vous rendez compte qu'il la mit enceinte et aurait pu la laisser veuve ! Finalement, il remporta sa course et quand il retourna sur le parking, on lui apprit la nouvelle et il fonça à l'hôpital. Mieux vaut tard que jamais. On me dit plus tard qu'il m'a serré si fort ce jour là qu'il m'a fait pleurer mais c'est parce qu'il n'arrivait pas à croire que je puisse être aussi parfaite. Je peux le concevoir !

Est-ce que ma mère a fait des choses pas bien en étant enceinte de moi ? Je crois que je suis pas autorisée à en parler, on est sur une chaîne familiale. Mais sachez que quoi qu'elle ait pu faire, je ne la juge pas. Enfin si parce que c'est ma mère et que je suis obligée de la juger si je veux être comme toutes les enfants normales et ingrates que l'on voit courir gaiement dans les rues. Mais ! Je ne la juge pas vraiment, je comprends. Elle était jeune et conne alors ça ne fait pas un super mélange pour avoir un enfant, vous imaginez à 15 ans ne plus faire la fête, ne plus manger ce qu'on veut quand on veut parce qu'on doit faire attention au bébé. Certaines personnes auraient eu cette maturité.... mais ces personnes là ne feront jamais partie de ma famille. Moi ma mère a fait ce que beaucoup de femmes ont fait avant elle et feront après elle, elle a continué de faire la fête. Est-ce que j'ai gardé des séquelles de ses soirées de beuveries ? J'ai une poitrine d'enfer ! Mais sinon rien de particulier ! Ce qui est même plutôt ironique puisque ma mère a eu mon frère dix ans plus tard, soit à 25 ans. Elle était déjà plus mature, elle a décidé de ne plus faire ses erreurs de jeunesse et mon frère est autiste... Comme quoi la vie. C'est vraiment pas une boite de chocolat ! C'est juste de la merde, fourrée à la merde ! Et pour les enfants qui nous regarde, la merde c'est simplement de la bouffe pour les grands ! Elle qui avait décidé de devenir une bonne mère, elle a balayé ses bonnes résolutions dès les premiers symptômes de Lewis. Soudain, elle n'avait plus temps de s'en occuper, ça devenait trop compliquer etc etc. Je pense que si j'avais pas été là elle l'aurait sûrement abandonné dans la forêt !

J'ai du rester quelques jours à l’hôpital pour être sûre que je n'avais pas de maladies ou d'infections. Ensuite, je suis rentrée dans ma toute première maison. C'était un squatte dans lequel vivait également des amis à mes parents. Ma mère avait 16 ans, mon père 21.... tout les deux très feignant en mode "la vie nous donnera forcément ce qui nous revient sans qu'on ait besoin de se bouger pour ça !" sauf que non, la vie ne marche pas comme ça et ils s'en sont très vite rendu compte. Car pour ne pas gâcher leur plaisir, j'étais un bébé hyper chiant ! Je ne faisais que pleurer, salir mes couches et vomir. Vraiment j'étais insupportable, n'importe qu'elle mère aurait eu envie de m'abandonner sur la route ou de me mettre dans un congélateur. Mais mes parents ont tenus le coup, sur ça au moins j'ai de quoi être fière. C'est clair qu'ils ont fait plus des efforts avec moi. Plus d'efforts que grand mère Alice n'en aurait fait pour ma mère mais c'est le genre de discussion que je n'ai pas avec elle. Ma mère ne se gênerait pas pou casser du sucre dans le dos de sa propre mère mais disons que moi je ne suis pas du genre à écouter ses vieilles querelles familiales. Ni même celle de mon père. Entre lui et ses parents, la pilule a finit par passer à ma naissance. Quand mes grands parents m'ont rencontré ils sont tombés fous amoureux de moi voulant me voir le plus souvent possible ! Alors papa me conduisait chez eux quand il voulait des moments d'intimités avec ma mère. Ma grand mère Sally a toujours été très aimante, ainsi que mon grand père Jack qui, même s'il m'offrait des cadeaux dégueulasses et puants, essayait tout de même d'être un bon papi. Est-ce que lui et mon père finirait par avoir de bons rapports un jour ? Seul l'avenir nous le dira !

Mon père et ma mère n'ont pas cessés de se bouffer la gueule comme des chiffonniers ! Tout les soirs on avait droit au même discours.

- Zéro il va vraiment falloir faire quelque chose ! Je ne peux plus vivre ici ! J'en ai marre de m'occuper de cette chouineuse ! Je sens que je deviens folle et toi t'es jamais là ! Si t'es pas en train de fumer avec les autres camés t'es en train de te tuer dans ta bagnole !


Ce à quoi mon père répondait toujours d'un calme olympien qui a le don de rendre fou les gens. En particulier ma mère qui avait toujours envie de lui sauter à la gorge et de lui planter ses ongles dans les yeux pour les lui faire bouffer ensuite quand il lui parlait de cette façon. Comme s'il essayait d'éjecter le problème le plus rapidement possible.

- Je crois que tu es simplement en train de faire une crise de nerfs, chérie. Donne moi Hally et va t'allonger. Elle sera nourrie, changée et endormie à ton réveil. Ne t'inquiète pas.


Alors ma mère finissait par se calmer et par remettre la chouineuse dans les bras de son père. Je pourrais dire que ça me fait de la peine mais non, on récolte ce que l'on sème, ma mère a été insupportable avec ma grand mère et ses parrains, la nature a simplement rétablis la justice en me faisant tout aussi insupportable !.

Mon enfance a été longue et mouvementé, pour mes parents il était temps de quitter le squatte et les parasites qui vivent à l'intérieur, mais comment bien s'intégrer à la société dans un monde comme celui ci. Le mal y règne partout et rien n'est réglo ! Ils étaient bien loin des royaumes qu'ils avaient connu. Ils n'avaient nul repère et aucun projet d'avenir. Ils n'avaient même pas de rêves.... Ils vivaient simplement au jour le jour dans l'espoir que demain sera mieux qu'hier. Là j'ai commencé à avoir de la peine pour eux car malgré tout, ils essayaient de bien faire. Pour une fois. Mon père a vraiment cherché un toit à nous mettre au dessus de la tête, mais je me rappelle que j'ai passé plusieurs mois dans la même voiture qui m'a vu naître, j'avais 5 ans. Mon père refusait qu'on aille vivre chez mes grands parents parce qu'il ne voulait pas admettre qu'ils avaient besoin d'aide. Après la sortie théâtrale en voiture qu'il avait faite il y a de ça presque six ans, il ne pouvait pas venir taper à sa porte avec sa femme et sa fille. Non. Il ne le ferait qu'en dernier recours.
Donc la voiture était là seule option en attendant que mon père trouve un travail et un logement. On restait jamais bien longtemps dans un appartement, à chaque fois, un homme en colère finissait par défoncer notre porte en disant qu'il cherchait mon père. Puis à chaque fois celui ci se ramenait en plein milieu de la nuit, et nous disait de faire nos affaires pour qu'on parte le plus vite possible. Sauf qu'on est sur une île papa ! Y'a pas trois mille endroits où se cacher ! Donc après avoir connu la voiture et des appartements par intermittence on est retourné à la case départ, le squatte de ma naissance. Et vous savez quoi, les parasites y étaient encore !

Je ne sais plus combien de temps on y resté mais je pense que Lewis n'était pas encore né quand on est retourné dans ce trou miteux. Mais je me souviens que ma mère est tombée enceinte quelques mois après notre retour. Je m'en souviens parce que je faisais des bisous sur son ventre à chaque mois de grossesse car j'avais hâte qu'il naisse. A l'inverse de moi, on a su à l'avance que ça allait être un garçon. Pour moi, ils ont préférés avoir la surprise.

Quand ma mère a su qu'elle était de nouveau enceinte elle s'est dit que ça pouvait être une seconde chance pour elle. Une chance de commencer à être une adulte responsable, essayer de lui apprendre des choses et de s'en occuper. Moi je me suis quasiment élevée toute seule donc pour cette fois elle voulait vraiment faire les choses bien.
Cette fois il n'était plus question de squatte ou de travail à mi temps. Il leur fallait un plan fiable. Mon père est parti voir tout les magouilleurs qu'il connaît et ceux ci ont réussit à lui trouver un vieux local pour qu'il puisse y ouvrir un petit quelque chose. Bien sûr, ce n'était pas sans intérêt. Ma fois, je ne sais pas ce que mon père leur donne en échange mais en tout cas, je n'ai jamais aussi bien vécu que depuis qu'on a commencé les travaux de la pâtisserie. Pour Lewis, mes parents ont vraiment essayé de mettre les petits plats dans les grands. Ça aurait dû me vexer mais non ! Bien au contraire, j'avais bien trop hâte que mon petit frère vienne au monde dans un hôpital, qu'on l'enveloppe d'une petite couverture bleue et qu'on me le donne pour que sa grande soeur puisse le prendre dans ses bras et lui faire des bisous.

Quand il est né, papa et maman ont décidé de continuer sur la lignée de l'hommage aux deux royaumes. J'en suis un, la pâtisserie en est un aussi donc aucune raison que le bébé n'est pas sa part d'hommage dans l'histoire de la famille. Mon frère porte le nom d'un grand Homme de chaque pays. Le premier, Lewis, est le tout premier Roi du Pays des Merveilles. Le second, Timothy, est le nom du père de mon grand père Jack qui a été Maire d'Halloween pendant quelques années.

Personne pensait que le Wonderland, notre pâtisserie, marcherait mais elle a tenue ! Vraiment ! Au début je comprenais pas pourquoi elle ne marchait pas ! Maman fait vraiment de très bon cupcakes ! Mais personne n'en voulait. Ensuite, on a commencé à avoir la côte et là encore je ne l'explique pas ! Mais pour ne rien vous cacher, je ne pense pas que tout ça sentait l’honnêteté.... Je pense même qu'en réalité ça puait carrément la weed ! D'où le succès de la boîte ! Enfant et naïve je n'avais pas compris comment on pouvait faire la queue pendant des heures pour nos gâteaux mais maintenant je comprends. Mon père a simplement rajouté un peu de plante magique à la super recette de ma mère et à deux ont fait de la petite pâtisserie du coin la meilleure pâtisserie coffi de l'île !  Je n'allais pas me plaindre, au moins cette fois on avait un vrai toit au dessus de la tête. Mes parents travaillaient nuit et jours, oui je sais, pourquoi une pâtisserie serait elle ouverte la nuit ? C'est justement à partir de là que j'ai commençais à suspecter l'entourloupe ! Maman s'occupait du business la journée et papa la nuit. Moi bien sûr, je devais m'occuper de Lewis c'était ma seule tâche et je veillais toujours à l'accomplir à la perfection. Depuis la naissance de mon frère, j'ai appris à changer les couches et à faire un biberon. Je sais quand est-ce qu'il est prêt pour le rot ou quand il a besoin d'évacuer des gaz. Je me suis occupée de lui quand il faisait ses dents ou qu'il ne faisait pas ses nuits. En vrai. C'est moi sa mère. Je l'aime plus que tout, c'est moi qui ai fait son éducation à la maison parce que mes parents n'avaient pas le temps. C'est moi que les profs appellent quand ils ont un soucis avec lui. Et ça a toujours été le cas même quand j'étais mineur.

Lewis n'a jamais été un problème pour moi, bien au contraire, il est ma seule raison de vivre. Il a tout de suite apporté du soleil dans ma vie si triste, pourquoi ? Parce qu'il avait besoin de moi. Pas de moi forcément, il avait besoin de quelqu'un. Y'avait que moi. Donc d'un certain coté, je me suis sentie utile pour la première fois de ma vie. Je voulais que ce sentiment dure toujours, c'est une déchirure pour moi d'être loin de mon frère. Je le revois me montrer une fraise et me montrer le mot fraise mais aucun son ne sort de sa bouche. Il a parlé très tard par rapport aux autres enfants et pourtant il a su très vite marcher, peindre et lire. Il savait même compter avant de parler ! Mais il avait aussi ses mauvais jours où il ne voulait rien savoir. C'était des cris à répétition, il se cognait la tête contre les murs ou se tapais la poitrine jusqu'à se faire des bleus terribles ! La première fois, il m'a mit une droite par accident et j'ai eu un œil au beurre noir pendant des jours ! J'ai dis aux parents que c'était une bagarre de rue. Mais ensuite ça allait mieux, lui et moi avons apprit à maîtriser ses crises. Il extériorise par plein d'autre façon !

Je sais que vous devez avoir l'impression que je parle beaucoup de mon frère mais comme je vous l'ai dit, ma vie a quasiment tourné qu'autour de lui. Donc je n'ai pas grand chose à vous raconter. Tout ce que j'ai vécu de palpitant dans ma vie, je l'ai vécu la nuit, quand Lewis est dans les bras de Morphée. Ou au lycée. J'étais terrible au lycée, j'avais une sale réputation de marie-couche-toi-la parce que je n'ai jamais été prise de tête. J'ai toujours été bonne copine avec les garçons parce que je suis honnête et je dis toujours ce que je pense. Je ne dis pas avoir toujours raison mais en tout cas je dis toujours les choses telles qu'elles arrivent ! Du coup ça fait de moi une bon vivante avec de gros lolo donc j'étais un peu obligée de coucher avec tout mes potes pour qu'ils arrêtent de me mater sans arrêt ! Je n'ai jamais été une fille populaire, avec ma dégaine de punk à chien j'étais pas du tout la pompom girl qui fait rêver les gars mais en attendant je pouvais marcher dans la boue sans pleurer ! Au lycée j'ai tagué des murs et incité les élèves à la grève. J'ai cassé des fenêtres et séché les heures de colles. J'ai picolé avec le directeur. Son fils. Sa soeur.... fin bref on est pas ici pour parler de ça.

J'étais une véritable catastrophe pour mes parents ! Tout le monde me connaissait dans le quartier. Je fréquentais des bars à 15 ans pour pouvoir échapper aux quotidiens de mes journées de maman par substitution. Je buvais, je fumais et me droguais un peu. J'attendais toujours que mon frère soit endormi pour pouvoir faire le mur et sortir. Je passais de soirée en soirée et il m'est arrivée de me réveiller dans des endroits totalement différents de ceux où j'étais avant sans avoir aucun souvenir de ce qui s'est passé entre. Alors on connait, on demande aux copains copines si eux on des souvenirs puis on a la fameuse tête de "Ah ouais j'ai fais ça ?!".  Généralement ce genre de soirée finissait par un grand café à la boulangerie du coin. Cette boulangerie était à deux minute de chez moi, je passais toujours devant pour rentrer. Elle était incontournable alors un jour j'ai fini par y entrer. Au début je ne me sentais pas trop à l'aise car les clients me regardaient bizarre mais le boulanger lui il s'en foutait de ma dégaine. Il ne m'a jamais jugé ou posé de questions embarrassantes. Sauf que la première fois qu'il ma vu arriver le lendemain d'une soirée spéciale black out, il m'a dit.

- Hally t'as vu ta gueule ! Ce genre de soirées ne te réussit pas, tu vas finir par avoir des ennuies !

Haussement d'épaule légendaire. Pourquoi est-ce que je devrais me soucier des propos d'un boulanger inquiet à sept heure du matin ? Fin au début c'est ce que je pensais, mais maintenant je me rends compte que Doug a simplement voulu veiller sur moi.

- Pas la peine de revenir le lendemain de tes fameuses soirées !

Et Doug tenu parole ! Il refusa de me laisser entrer dans la boulangerie à chaque fois que je revenais avec la tête qu'il n'avait pas envie de voir. Au final, son plan a marché, je tenais plus aux pains au chocolats de Doug qu'aux soirées étranges à laquelle je participais. Je dois dire qu'à cette période de ma vie j'étais assez perdue et conne. Surtout conne.
J'ai toutefois réussit à passer les portes de la boulangerie avec ma tête des lendemains de soirées. C'était il y a presque sept mois, je suis entrée comme un zombie. On aurait dit que j'avais croisé la Mort sur mon passage. C'est pour cela que Doug m'a laissé entrer.

- Hally ? Qu'est-ce que tu as ? Il s'est passé quelque chose ?!!

Il me fit m'asseoir et m'apporta un verre d'eau, je le regardais, les yeux vide et lui dit simplement.

- Je crois que je suis enceinte....

Il haussa les sourcils surpris.

- Quoi ? Tu l'as dit à tes parents ? Et ton frère tu y as pensé ? Et....

Le boulanger avait arrêté de parler en voyant qu'à chaque question je devenais de plus en plus blanche. Franchement, j'avais envie de mourir, pour tout vous dire. Si y'avait une météorite qui se baladait dans l'atmosphère, j'aurais bien aimé qu'elle s'écrase de tout son poids sur ma grosse tête de bouffonne de merde ! Il se montra plus chaleureux et attentionné, me rapportant même un flan pâtissier, j'adore ça.

- Bon.... On verra tout ça plus tard. Le père, il en dit quoi ?

Je lève le même regard vide à Doug. Doug le boulanger.... Qui depuis mes 15 ans aura plus joué le rôle de père que le mien. Je sais qu'être enceinte à mon âge n'est pas catastrophique, c'est juste que j'avais pas prévu ça ! Dans ma tête je n'avais pas 25 ans j'en avais encore 17 ! Et là d'un coup je devais prendre une gifle de responsabilité en plein visage!
Doug a été le premier à savoir pour ma grossesse et tant mieux. Imaginez si ça avait été un membre de ma famille :  Alicia - Est-ce que c'est une blague ? Hally... Avec la vie pourrie qu'on mène, tu crois que c'est le moment de te pointer avec ton gros bide sans père ? Et tu comptes vivre où ? Le nourrir comment ? Et ton frère ? Qui va s'occuper de lui ? Tu n'es qu'une égoïste qui ne pense qu'à toi  ! Nous on a travailler toute notre vie pour que ton frère et toi ayez le meilleur et c'est comme ça que tu nous remercies ? Ma mère n'a jamais essayé de me comprendre de toute façon, elle a toujours essayé de rattraper le temps qu'elle a perdu à être enceinte de moi et à essayer tant bien que mal de m'élever.
Zéro - Halloween Wonder Skellington, je suis extrêmement déçu. Je ne sais pas si je serais capable de te pardonner. Mon père n'a jamais accepté le fait que je sois une insupportable petite conne courreuse de jupon comme sa volage de mère. Il voyait en moi sa petite princesse et je n'ai été qu'une succession de déception...
Jack - Cela n'a rien de surprenant, ma descendance est maudite depuis le jour où j'ai fait la bêtise de vouloir un fils. Quant à mon grand père.... Il n'aurait simplement pas manqué une occasion de lancer un pic à mon père.
Heureusement que grand-mère Sally est bien trop gentille et grand-mère Alice bien trop absente (oui parce qu'elle vit toujours au Pays des Merveilles) et folle pour me juger. Donc finalement, je suis bien heureuse d'être tombée sur Doug. En dehors de lui, seul Lewis est au courant et encore parce que j'ai été obligée de le lui dire pour le préparer à ce qui va se passer après mon accouchement. Je ne peux pas encore le dire à ma famille c'est trop dur.... Je le ferais quand ils seront là. Ça passera forcément mieux !

Je ne savais pas du tout ce que j'allais bien pouvoir faire. Ça allait finir par se voir donc je ne pouvais pas le cacher..... Et hors de question de m'enfuir, j'explose la tête du premier qui me le propose ! Je peux pas partir sans Lewis donc on oublie la fuite je ne veux pas même entendre ce mot. Pourtant.... Faut bien que je trouve une solution, je ne veux pas non plus entendre les critiques perfides de ma famille et je ne veux pas que mon enfant grandisse ici.... Misère. Est-ce que je dois m'en séparer ? Lui offrir une meilleure chance dans la vie que d'être un Skellington ? Je pense que c'est la meilleure chose qui me reste à faire !

Je suis donc rentrée chez moi, dépitée à l'idée des choix qui pouvaient s'offrir à moi. J'ai pris le courrier dans la boite aux lettres, oui parce que généralement quand je rentre de soirée c'est bien après l'heure du facteur. Je regarde, facture, facture, pub pour un salon de coiffure, pub pour un pressing, pub pour une école, facture. Rien de sensationnel quoi.

Attends.... Attends... ! Une pub pour une école, comme si sur cette île pourrit y'a quelqu'un qui allait vanter les mérites d'une école ! J'ai ouvert la lettre avec une boule dans le ventre. Je ne savais pas vraiment ce que j'allais bien trouver dans cette lettre. Est-ce qu'elle allait commencer par "Cher Mr Potter

Nous avons le plaisir de vous informer que vous bénéficiez d'ores et déjà d'une inscription...."
Ça serait super cool ! Mais faut que j'arrête de me faire des illusions, que je le veuille ou non j'ai 25 ans maintenant et l'école ce n'est plus pour moi. Cette lettre est surement destinée à Lewis. Je la lis, la relis et la re relis au cas ou et oui... Elle est bien destinée à Lewis, elle dit qu'il a été choisi parmi tant d'autre pour faire parti d'un nouveau programme d'étude ! Oh mon dieu !

Bon du calme Hally, faut pas en parler à tout le monde sinon c'est sûr que ma mère ne voudra pas qu'on parte. Tsss.... Personne ne nous calcule de toute la journée mais dès qu'il s'agit de partir définitivement alors là on devient la prunelle de leurs yeux ! Mais je vais partir, qu'ils le veuillent ou non et j'emmène Lewis avec moi. Après tout c'est lui mon billet de sortie.

En même pas une semaine, tout était fait. Je m'étais rendue dans les bureaux administratifs de l’île pour signaler notre futur départ à mon frère et moi. Je me suis enregistrée comme étant l'unique tutrice de mon frère qui a besoin d'une assistance permanente qui ne peut s'administrer par aucune autre personne que moi. Après tout je suis celle qui l'a élevé donc si y'a bien quelqu'un qui doit l'assumer, c'est moi. Finalement, ça n'a pas été si difficile que ça. Lewis aura même droit à une bourse s'il montre des résultats scolaires satisfaisants !

Il ne m'en fallait pas plus pour me décider. J'ai attendu le jour du départ, tout le monde sur l’île était au courant que certains enfants allaient quitter l’île. Certains étaient contents de leur voir accorder une chance, d'autres voyaient ça comme de la trahison. Chacun son truc, moi c'est m'est égale. Je connais cette île sur le bout des doigts et si je peux en sortir, je fonce, quoi qu'on en dise et si quelqu'un a un problème, qu'il vienne me le dire entre quatre yeux.

Le jour du départ, j'ai serré Lewis contre moi de toutes mes forces et on s'est mêlé à la foule. Je sais qu'il n'aime pas ça et qu'il n'allait pas tarder à me le faire comprendre mais je ne voulais pas qu'on nous reconnaisse avant d'avoir passé la frontière. Nous étions trop près du but pour faire demi tour, rien n'allait m'empêcher de voir si l'herbe est plus verte ailleurs ou pas !

En arrivant à l'école, je suis allée inscrire mon frère et leur ai fait part de son petit problème. Les gentils sont vraiment gentils... heureusement pour nous. J'ai tellement tiré sur la corde sensible que la secrétaire est partie en pleurant en me disant.

- Attendez moi, je vais voir ce que je peux faire !

Elle est revenue, tout aussi dégoulinante de partout, des yeux, du nez. Et cette fois elle me tendit un petite pile de dossier.

- Le bleu il est pour votre frère, vous me mettez tout ce que je dois savoir, son nom, son âge, allergie etc etc. Le rose, c'est pour vous, même chose mais votre CV en plus, même si je pense qu'ils n'en auront pas besoin, ça fait toujours mieux de le présenter !

Elle me fit un clin d’œil qui voulait dire que tout était déjà gagné d'avance et elle me donna les clés de ma chambre de bonne.

- Attendez..... Lewis ne va pas vivre avec moi ?!


Cette fois elle parut réellement surprise.

- Bien sûr que non ! J'ai veillé à ce que vous soyez logée le plus près possible mais vous ne pouvez pas partager une chambre avec lui.

Je commençais déjà à m'énerver alors que la pauvre elle n'y était pour rien !

- Mais il ne peut pas vivre seul ! Et j'ai pas fait tout ça pour vous entendre me dire non !

Et j'ai tapé du poing sur le bureau, franchement, c'était pas le moment de m'énerver je venais de quitter ma famille et mes repères. Je suis seule avec un ado à charge et un gosse à naitre alors c'est vraiment pas le moment de m'énerver ! La pauvre parut toute confuse et rougit.

- Je suis désolée mais il s'agit d'un internat, les filles avec les filles et les garçons avec les garçons pour éviter toute... Enfin.... Vous voyez.

Soupire. Ouais. Je vois. Et puis j'ai pas leur âge, qu'est ce que je vais faire dans la salle de bain de gosse en pleine puberté qui font les choqués de voir des poils sur leur petit nénés. Bon. Tant pis.

- Vous êtes sûre que je suis le plus près possible ?

La femme se radoucit et me sourit.

- Certaine, je ne pouvais pas vous mettre plus près !

J'ai pris nos valises et je suis partie sans même un merci ou un aurevoir. Elle le méritait pas cette connasse. Je suis allée installer Lewis dans la chambre qu'on lui a attribué tout en lui rappellant les règles de sécurité. Pas celles de l'école, mais les notre, entre nous. Ensuite il m'a accompagné dans ma chambre et notre première journée commença. Le lendemain, je suis allée cueillir la plus jolie pomme de leur jardin et je l'ai apporté à leur secrétaire, laissant un mot pour la remercier de s'être si bien occupée de nous. Finalement, c'est pas une connasse. Non, ce que je veux dire, c'est que je savais que c'était pas une connasse, seulement j'étais en colère et fatiguée ! Alors pour moi c'était toutes des connasses à ce moment là ! Fin bref ! Bienvenue dans ton nouveau chez toi Halloween W. Skellington.



codage by Sybline
[/color]
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité







MessageSujet: Re: Il y a une ombre dans le vent, je crois qu'une tragédie m'attend. [Hally]   Dim 22 Oct - 23:36

DONNNNNNNNNNNNNC voilà la réponse *-* cat cat cat cat cat cat bounce bounce bounce bounce bounce

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Il y a une ombre dans le vent, je crois qu'une tragédie m'attend. [Hally]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il y a une ombre dans le vent, je crois qu'une tragédie m'attend. [Hally]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Comme une ombre dans la foule... [libre] [TERMINE]
» Héraclès - C'est géant ! Herc' est dans le vent! !
» Une ombre dans la nuit [ Ne pas répondre, merci. ]
» Te souviens-tu de ces sourires innocents et de ces paroles dans le vent ? ~ Nina ♥︎

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Heirs of The Tales :: Hors RPG :: Présentation
-
Sauter vers: