Partagez | 
 

 Pénélope Steller | Fiction is the truth inside the lie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 16
Date d'inscription : 17/12/2017



MessageSujet: Pénélope Steller | Fiction is the truth inside the lie.   Dim 17 Déc - 16:38


Pénélope « Penny » Steller

"There is no greater agony than bearing an untold story inside you."


Informations

• Nom : Steller
• Prénom(s) : Pénélope
• Age : 15 ans
• Conte : La Belle au Bois Dormant
• Rang : Populace
• Capacités : Passionnée d’écriture, elle manie la plume comme personne.
• Situation matrimoniale : Célibataire
• Orientation sexuelle : Nord / Nord-Est
• Un petit secret que personne ne connait ? : Elle écrit des lettres à son grand frère depuis l’âge de 6ans.
• Feat : Millie Bobby Brown

Anecdotes

Penny est passionnée d'écriture et ce depuis qu'elle a su tenir un crayon dans les mains. A l'âge où les autres enfants aiment faire des dessins moches, elle remplissait ses feuilles de petits messages sans queues ni tête. ●  Plus tard elle veut être journaliste. ●  Sa fierté est d'être la fondatrice et présidente du fanclub de Stuart Charming, elle prend ce rôle avec autant de sérieux que s,'il s'était agit d'être présidente de la république. ●  Elle a d'ailleurs un site consacré à Stuart et elle entreprend des recherches méticuleuses pour chaque article qu'elle y écrit afin de rester aussi proche des faits que possible. ●  Elle ne sort jamais sans un carnet et un crayon où elle entreprend de noter tout ce qui lui parait être d'une quelconque importance, que ce soit des observations ou des idées qui lui passent par la tête. ●  Elle possède un Q.I. beaucoup plus élevé que la moyenne, c'est Merlin lui-même qui l'a faite tester.  



Caractères
Aux côtés de la définition de l’adjectif “Positif” dans le dictionnaire devrait se trouver une photo de Pénélope. Elle est l’incarnation même de la joie de vivre, cherchant toujours à voir le bon côté des choses même dans les situations les plus difficiles. Naïve, elle l’est peut-être, mais niaise, loin de là. Mature et avisée, elle est toujours de bon conseil lorsqu’on vient lui demander un avis sur un quelconque dilemme. Sa bonté de cœur lui vaut de se faire régulièrement rouler dans la farine mais elle n’en prend pas ombrage et se contente de tendre la joue gauche. Avec les années elle a acquis une capacité à encaisser assez impressionnante pour une jeune fille de son âge. Si elle se laisse facilement marcher sur les pieds, il en est tout autre quand cela concerne ses proches et ceux qu’elle aime. Elle les défendra bec-et-ongle s’il le faut jusqu’à ce qu’ils soient hors de tout trouble ou jusqu’à ce qu’elle obtienne gain de cause. Elle se montre d’ailleurs particulièrement véhémente quand il s’agit de protéger son idole Stuart W. Charming des « haters », ce qui arrive assez souvent car il est une personnalité publique très active sur nombres de réseaux sociaux. Dans ces moments elle le défend avec une fougue qui ferait frémir n’importe quel avocat de la défense à la cour.
Studieuse et passionnée, quand elle n’est pas en train de griffonner dans son carnet, elle est plongée dans des livres ou sur internet à faire des recherches probablement pour un futur article. Venant d’un milieu assez-pauvre, elle est consciente de la chance qu’elle a d’avoir été envoyée à l’Académie et à l’intention de prouver à tous qu’elle y a mérité sa place comme les autres en se montrant irréprochable que ce soit en cours ou dans la vie sur le campus.
Vie Irl
Je suis une petite Chocolatine de 26 ans amatrice de forums de rp en tous genres.

Millie Bobby BrownPénélope  Steller
Code:
<pris>Millie Bobby Brown</pris> ➤ <i>Pénélope Steller</i>

Personnage
Code:
<pris>➤</pris> <i>Personnage</i>




codage by Sybline


Dernière édition par Pénélope Steller le Dim 17 Déc - 23:33, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 16
Date d'inscription : 17/12/2017



MessageSujet: Re: Pénélope Steller | Fiction is the truth inside the lie.   Dim 17 Déc - 16:38


Il était une fois ...

"One day I will find the right words, and they will be simple."





Cher Thibault,

Aujourd’hui, j’ai fait ma première dictée (et on devait apprendre le mot aujourd’hui, je sait que je l’ai bien écrit). Ca veux dire que je sait écrire. Et j’ai pensé que comme tu parle pas, peu être que si je t’écrie tu pourra lire les lettres plus tard, quand tu ira mieux ? Tu me manque, j’aimerai bien qu’on re joue ensemble comme avant. Je suis désolé que papa t’est fait mal. Quand tu étais a l’hopital j’ai beaucoup pleuré et maman aussi. C’était très long parce que ca a duré plusieur dodos . Je savais pas que on avait le droit de rester a l’hopital penden plusieur dodos. Maman m’a dit que ta maladie t’avait fait redevenir comme un bébé. Du coup je suis un peu la grande sœur jusque tu revienne. Alors j’ai promi à maman que je laisserai plus papa te taper. Promi !
Je vais metre cette lettre dans ta boite à bonbons que tu cache sous ton lit, tu me l’avait montré une fois. Comme ca quand tu sera normal tu trouvera mes lettres. Surprise !
Je t’aim bisous !!!!!

Penny
2008


***

Cher Thibault,

C’était ton anniversaire aujourd’hui, tu viens d’avoir quatorze ans. Cela fait six ans que tu es tombé dans le coma et que tu n’en es jamais vraiment revenu. A chaque jour qui passe tu me manques encore plus que la veille. Le dernier souvenir que j’ai du toi « d’avant » c’était le jour de mon quatrième anniversaire, et exceptionnellement tu m’avais laissé piocher dans ta précieuse boîte à bonbon. On avait entendu les pas de papa dans le couloir et tu m’avais caché, moi avec ma bouche toute collante et la boîte dans les bras, dans ton placard. Tu t’étais pris une raclée ce jour-là, mais s’il m’avait surprise avec des bonbons plein la bouche ça aurait été pire. Je me souviens encore quand tu as ouvert la porte du placard après qu’il soit parti. Tu souriais malgré ta joue encore rouge et brûlante. Je n’ai jamais su si tu voulais me rassurer ou si tu étais tout fier d’avoir réussi à sauver ta petite sœur. Peut-être un peu des deux. C’est pour ça mon Thibault que je continue à sourire même si papa s’en prend à moi, au moins il te laisse tranquille.
Papa n’était pas la de la journée. C’était maman, toi, et moi. Maman a même sorti un gâteau acheté chez le pâtissier quelques jours plus tôt et qu’elle a réussi à cacher au fond du réfrigérateur. Je t’ai aidé à souffler tes bougies, tu avais l’air heureux.
Papa est rentré tard ce soir. On a eu le temps de manger le gâteau et de ranger toute la cuisine pour qu’il ne s’aperçoive de rien. On a fait quelques jeux avec maman, je t’ai poussé sur la balançoire accroché à l’arbre dans le jardin pendant qu’elle nous surveillait en étendant le linge. Tu riais aux éclats. Je ne me souvenais plus de la dernière fois que je t’ai entendu rire.  
A présent tu dors dans ton lit. Je t’ai bordé et je t’ai raconté une histoire mais tu t’es endormi pendant la fin. Papa est rentré il n’y a pas longtemps mais il est trop ivre et n’a pas cherché à aller dans ta chambre. Je préfère quand même rester un peu avec toi au cas où l’envie lui en prendrait avant d’aller se coucher.
Tu as l’air paisible, j’aimerai savoir à quoi tu rêves la nuit. Je pense en tout cas que la vie y est plus paisible qu’ici.

Je t’aime fort,

Penny
2012

***

Cher Thibault,

Cette lettre est la seule qui ne finira jamais dans les boîtes sous ton lit. Parce qui si quelqu’un devait trouver cette lettre, cela mettrait un terme à notre petite famille et nous serions séparés pour toujours. Je vais devoir brûler cette lettre dès que j’aurais fini de l’écrire. Je te l’adresse quand même car bien que je sache que tu ne la liras jamais, cela me fait du bien de parler à quelqu’un.

Oh Thibault, je ne sais même pas par où commencer… Qu’est-ce qui était différent hier soir ? Papa est rentré tard, comme d’habitude. Il sentait l’alcool et ne marchait pas droit, comme d’habitude. Maman et lui se sont disputés et comme d’habitude il a fini par mettre fin à la discussion avec les seuls arguments qui lui sont infaillibles : ses poings. Leurs cris nous ont réveillés toi et moi. Aucun bruit ne provenait de ta chambre mais je savais que tu ne pouvais pas être endormi. Puis j’ai entendu les pas de papa gravissant lourdement les escaliers. Et il est entré dans ma chambre. J’étais pétrifiée. Pourquoi ne s’est-il pas affalé devant la télévision, ou dans son lit jusqu’au matin, comme il le faisait d’habitude ? Pourquoi a-t-il décidé de venir dans ma chambre ?
J’ai fait semblant de dormir. Il s’est assis sur mon lit et m’a regardé longuement. Enfin, je crois qu’il me regardait, j’avais le dos tourné, mais j’entendais son souffle un peu rauque et je sentais son haleine alcoolisée. Moi, j’osais à peine respirer.
Cela m’a paru durer une éternité.
Puis il a descendu la couverture de mes épaules. Il l’a descendu jusqu’à mes pieds. Et…
Il a posé sa main sur ma cuisse… Je crois que j’ai sursauté, ou frémis. En tout cas il a dû sentir que je ne dormais pas parce qu’il m’a retourné brusquement pour que je lui fasse face. Ce que j’ai vu dans ses yeux, ce n’était pas de la colère, comme d’habitude. C’était autre chose. Et il a dû deviner ce que j’y avais vu parce qu’il a mis la main sur ma bouche avant même que je pense à crier. Il a commencé à me caresser les cheveux, puis les épaules, puis les hanches. Il me répétait que j’étais devenue une si belle fille, que j’étais sa petite chérie, sa princesse… Des choses que tous les papas disent à leurs filles mais que j’entendais dans sa bouche pour la première fois, et qui m’apparaissaient comme des menaces. Sa grosse main appuyée sur ma bouche m’étouffait, mais l’autre… ce que faisait l’autre était bien pire. Je suffoquais, mais j’étais comme pétrifiée, je n’arrivais pas à me débattre. Peut-être aussi que je n’en avais pas envie. Que tout serait bientôt fini.

Thibault je suis vraiment désolée d’avoir eu cette pensée-là, de ne pas avoir essayé de me battre, pas pour moi mais pour toi et maman. Maintenant je m’en rends compte, si je n’étais pas là, qui le serait pour te défendre, pour s’occuper de toi ? Maman fait de son mieux mais elle n’a pas toujours la santé, alors que moi je n’ai pas peur de prendre les coups pour vous deux. Mais j’ai compris maintenant et jamais plus je ne songerais à vous abandonner.

Je crois que j’étais sur le point de m’évanouir parce que je ne me souviens pas bien combien de temps à passé. Mais je me souviens d’un hurlement. Et d’un bruit sourd. Et puis un poids qui s’enlevait de ma poitrine. De l’air. J’en aspirais à grandes goulées.
Quand je me suis redressée dans mon lit, papa était par terre et maman debout au-dessus de lui avec une statuette à la main, la statuette d’un soldat en plomb qu’on leur avait offert pour leur mariage et qui servait surtout de cale-livres dans la bibliothèque. Toi aussi tu étais là, dans l’entrebâillement de ma porte. Tu gémissais en pointant le sol du doigt. C’est là que j’ai vu le sang. Beaucoup de sang à côté de la tête de papa. J’ai levé les yeux vers maman, elle avait les yeux fous allant et venant entre mon père et la statuette. J’ai compris. Je me suis levée et j’ai giflé ma mère pour qu’elle reprenne ses esprits. Nous avons réussi à te calmer. Difficilement. Mais nous t’avons donné du lait chaud, je t’ai chanté ta chanson préférée et maman t’a donné un carreau du chocolat qu’elle réserve pour les grandes occasions et tu t’es finalement rendormi.
Nous sommes descendues dans la cuisine. On n’osait pas regarder la porte de ma chambre en passant devant. Maman n’avait toujours pas prononcé un mot. Ce n’est qu’une fois que je lui ai mis une tisane entre les mains qu’elle a éclaté en sanglots. Elle disait qu’il fallait qu’elle se dénonce à la police, qu’on serait de toute façon mieux sans elle, qu’elle était une criminelle…

C’est là que j’ai vraiment compris Thibault, ce que c’était que d’être une famille. Que vous étiez l’univers pour moi et que je ne pouvais pas vous perdre. Jamais. Que je pouvais, que j’allais être forte pour vous deux. J’ai dit à maman qu’elle n’irait pas à la police. Que tout irait bien. Que j’avais une idée mais qu’il allait falloir m’aider.

On a emballé le corps de papa dans une grande bâche et on l’a mis dans sa camionnette. J’ai dit à maman de brûler mon tapis, la majorité du sang avait coulé dessus et protégé le plancher, pendant que je nettoyais les quelques gouttes tombées sut les lattes. J’ai pris une brosse et j’ai frotté la figurine de plomb dans le lavabo de la salle de bain. Thibault, je t’avoue que j’ai failli vomir à cause des cheveux ensanglantés collés sur le fusil du petit soldat. Ça nous a pris une heure à tout nettoyer. Puis j’ai dit à maman de cacher ses cheveux dans la casquette de papa et de conduire son vieux pick-up jusqu’au chantier ou il travaille, et moi je m’installais à l’arrière. Ainsi dans le noir on croirait que c’est papa qui conduisait si on nous croisait. Mais on n’a croisé personne. Une fois arrivé au chantier il a fallu déplacer le corps de papa. Ce n’était pas facile il était très lourd. Et puis je tremblais en pensant à ce que je m’apprêtais à faire. Il fallait cacher la marque d’impact laissé sur son crâne par la statuette, au chantier ce serait facile de trouver quelque chose de lourd à faire tomber sur sa tête et faire croire à un accident. Quand il n’était pas à la maison à nous taper dessus, il buvait seul sur les chantiers où il était employé. J’ai vite trouvé ce dont j’avais besoin pour ma mise en scène macabre. Au quatrième étage de l’immeuble en construction, sur la face nord, se trouvait un assemblage de gros tuyaux  en acier posés les uns sur les autres pesant au moins une centaine de kilos chacun, négligemment posés près du rebord. Hisser le corps de papa jusque-là ne fut pas facile malgré le monte-charge. Au moins la difficulté de la tâche m’empêchait de trop penser à l’horreur de ce que j’étais en train d’accomplir. Une fois arrivées au quatrième étage maman et moi l’avons poussé par-dessus bord pour faire croire à une mauvaise chute, puis en nous y mettant à deux, nous avons poussé les tuyaux pour qu’ils tombent sur la tête de papa. Quand ce fut fait j’ai laissé une bouteille d’alcool (il y en avait plein sa voiture) sur la poutrelle et j’en ai laissé tomber une autre à terre.

J’en tremble encore alors que je t’écris Thibault. Mais la pâleur cadavérique de maman, et ses gestes lents m’ont poussé à ne pas me laisser déborder par mes émotions. Si moi aussi je craquais tout était fini tu comprends ?
J’ai replié la bâche et je l’ai prise sous le bras. On est rentré à la maison à pied en faisant des détours pour ne pas passer par les axes les plus fréquentés. Même si il était déjà trois heures du matin, on ne sait jamais. Je savais qu’il y avait un lac sur le chemin et j’y ai jeté la statuette. J’y ai aussi jeté la bâche après l’avoir fermement attachée à de grosses pierres. Maman et moi nous sommes rentrées vers quatre heures, exténuée. J’ai quand même forcé maman à prendre une douche et je lui ai donné un médicament pour l’aider à dormir, c’est plus sûr.
Moi je n’y arrive pas. Je suis entrée dans ta chambre ou tu dormais toujours à poing fermé. J’ai fait plusieurs fois le tour de la maison pour être sûre de ne rien avoir oublié, aucun détail impardonnable. J’ai mis tous nos vêtements à la machine pour les laver. J’ai pris une douche moi aussi. Je me suis frotté tout le corps jusqu’à en devenir rouge et irrité. Mais l’eau chaude m’a fait du bien. Même là je n’ai pas réussi à pleurer.

Je t’écris du canapé. Le feu crépite doucement dans la cheminé et le jour commence à se lever. J’entends le chant des oiseaux par la fenêtre. J’ai l’impression de sortir doucement d’un rêve éveillé. Rien de tout cela ne s’est passé. Dans quelques minutes papa va descendre des escaliers pour aller au travail et va me demander ce que je fais là. Il me mettra peut-être une claque pour me punir d’avoir veillé toute la nuit.

Mais il ne descend pas.

Je ne sais pas si je dois me sentir soulagée pour pas.

Je t’aime plus que tout au monde mon Thibault,

Penny
2014


***

Cher Thibault,

Quelle journée nous avons eu ! Je n’en reviens toujours pas ! Je dois être la fille la plus chanceuse de l’univers ! En fait, je crois que la chance nous souris depuis que nous avons déménagé chez tonton. Mais d’abord, il faut que je reprenne les choses dans l’ordre.

Après l’école j’étais passée te chercher au Centre Ste Dymphna après l’école comme tous les soirs mais l’infirmière qui s’occupe de toi m’a demandé s’il était possible de rester plus longtemps car le centre attendait une visite un peu spéciale. Elle m’a convié à entrer en m’expliquant que les membres de la famille des enfants de l’hôpital étaient les bienvenus. Inutile de te dire que j’étais intriguée et que je me suis empressée de la suivre. Je t’avoue que c’était la première fois que j’entrais vraiment dans les bâtiments depuis que tu y es inscrit. L’intérieur est propre, le matériel moderne et tous les membres du personnel que nous avons croisés étaient accueillants. Tu me tenais la main comme à chaque fois que nous marchons côte à côte mais je remarquais pour la première fois que tu te tenais bien droit et ton pas était sûr. La dernière fois que je t’avais vu comme cela c’était « avant ». Je ne sais pas si c’est le centre ou le déménagement dans le royaume voisin qui te rend aussi heureux mais en tout cas l’argent de l’assurance reçu après l’accident de papa était une bénédiction pour notre famille. Il aura au moins fait ça pour nous.

La gentille infirmière (Marlène il me semble), nous a amené dans une grande salle ou attendaient d’autre enfants et leur famille, toute leur famille pour la plupart. Parents et frères et sœurs et parfois grands-parents se bousculaient un peu, tu étais le seul à n’avoir qu’un seul membre de ta famille avec toi. Mais je sentais bien à ta façon de serrer ma main dans la tienne que tu étais simplement content que je sois à tes côtés. La petite foule était assise bien sagement dans des chaises alignées devant une petite scène improvisée. J’ai deviné que nous devions probablement nous trouvé devant le réfectoire transformé en salle des fêtes pour l’occasion. Marlène nous a amené jusqu’à un siège au premier rang ou était marqué ton nom. Elle me dit gentiment que lorsque le reste de ma famille arriverait il faudrait qu’ils s’assoient au fond car on n’acceptait qu’un accompagnant avec dans le carré réservé aux enfants du centre et j’acquiesçais sans lui dire qu’il n’y aurait de toute façon que moi. Elle partit probablement pour s’assoir dans le carré réservé au personnel et je jetais un coup d’œil autour de moi. Je notais pour la première fois la présence des caméras dispersées un peu partout dans la salle et des techniciens qui s’affairaient autour. Je n’avais en aucune idée de ce que nous étions tous en train d’attendre mais cela avait l’air important car tous étaient fébriles. Je n’ai pas eu le temps de le demander à mon voisin que la porte à notre gauche s’ouvrait à la volée et c’est là que je l’ai vu.

Je savais bien sûr qui c’était, quand on déménage dans un nouveau royaume on s’instruit un minimum sur la famille qui en est à la tête. J’avais vu quelques photos de la famille royale, celles qui accompagnaient les articles sur les Charming. Je savais qu’ils avaient deux enfants dont un qui avait mon âge. Mais c’était la première fois que je le voyais en chair et en os. En fait, c’était la première fois que je voyais quelqu’un de célèbre de près. Et entre toi et moi, Thibault, c’est vrai ce que l’on dit : ils ont toujours l’air plus petit que dans notre imagination.
Le Prince est monté sur la scène et a fait un discours fort bien écrit, et bien que je me doute qu’il n’a pas dû l’écrire lui-même, il l’a admirablement bien déclamé ! Ce n’est pas chose facile de parler en public mais il semblait complètement à son aise. Le rythme et le ton était maitrisés à merveille. Il a réussi à capter l’attention de toute la salle !

Ensuite tout est allé très vite, il est descendu serrer quelques mains et pendant que certaines familles répondaient à des interviews dans un coin de la salle, il est venu te voir Thibault ! Il a été très gentil et patient avec toi. Il t’a dit quelques mots, il a été très doux et tu l’as même laissé te toucher. Alors qu’à part moi et maman tu n’avais jamais supporté le contact physique auparavant ! Je crois qu’il m’a également dit quelques mots, il m’a posé quelques questions aussi (d’ailleurs c’est passé au journal de 20h qu’est-ce que j’ai l’air cruche).

Du coup en rentrant j’ai voulu en savoir plus sur lui. Mais rien de trop invasif ! Je ne veux pas devenir une de ces groupie qui se renseignent sur les moindres fait et gestes des célébrités ! J’ai découvert qu’en soit c’était un adolescent comme toi et moi, Thibault, beaucoup, beaucoup, beaucoup plus riche, c’est vrai, mais qui donnait énormément à son peuple. Tu sais que s’il est venu dans ton centre c’est parce qu’il a fait un don pour renouveler le matériel de soins ? Et l’idée venait de lui tu sais ! C’est pour cela que c’est lui qui a fait le déplacement et pas ses parents !

J’aimerais pouvoir faire quelque chose pour lui aussi… Bon, à mon niveau… Je vais sérieusement y réfléchir, et si tu as une idée tu m’en parle, okay ?

Je t’embrasse Thibault !

Penny
2015

P.S. : Au fait, j’ai complètement oublié de te dire ! Tonton m’a donné son vieil ordinateur, il est plus tout jeune mais je n’en avais jamais eu un rien qu’à moi auparavant ! Quand il a vu que j’aimais autant écrire il m’a dit que je devrais faire un blog au lieu de garder ce talent pour moi. Maintenant il me reste plus qu’à trouver un sujet !
 
***

Cher Thibault,

Mon estomac se noue rien qu’à repenser aux événements de la journée. C’est à la fois merveilleux et terrible ce qui nous arrive.

J’étais en train d’aider maman à mettre la table pour le repas de midi quand Oncle Gene est rentré à la maison plus tôt que prévu avec un invité. On m’a appelé à m’assoir avec eux dans le salon et l’inconnu s’est présenté. En lui serrant la main, je n’en revenais pas. J’avais devant moi ni plus ni moins le grand Merlin, mage de renom et Directeur de l’Académie Royale D’Albion. Je ne comprenais pas ce qu’une personne de cette importance venait faire dans notre petit salon.

Je ne le remarquais pas tout de suite mais maman nous avait rejoints aussi. Il ne manquait plus que toi Thibault, mais tu ne devais pas rentrer du centre avant encore deux ou trois heures. Merlin a parlé longuement. Il m’a dit qu’il était venu spécialement pour me voir. Il est tombé par hasard sur mon blog, il a été impressionné par mon talent littéraire et mon sérieux journalistique et qu’il était venu en personne pour me recruter dans son académie. Et moi pendant tout ce temps je suis restée sans voix, Thibault ; j’étais ébaubie face à cette situation irréelle. Je crois que maman n’en menait pas plus large. Gene en revanche avait les yeux qui pétillaient. Cela ne m’étonnerai pas qu’il ait été celui avec qui Merlin avait pris contact pour cet étrange rendez-vous. Merlin précisa que, bien entendu, mes études seraient entièrement financées par l’Académie tant que mes résultats seraient concluants. J’ai dû hocher la tête qu’il dû prendre pour un signe d’approbation car il m’expliqua qu’il devait à présent me faire passer quelques tests. Maman et Oncle Gene sortirent de la pièce pour me laisser seule face au magicien. Commencèrent toute une batterie de tests et questions diverses et variées. Cela dura plusieurs heures et je ne t’entendais même pas rentrer à la maison. Quand nous avons émergés du salon, j’étais épuisée. Mais Merlin semblait extrêmement satisfait puisqu’il serra la main de mon oncle puis la mienne en me souhaitant la bienvenue dans son académie. Avec un clin d’œil il me dit qu’une lettre à mon nom arriverait par la poste d’ici quelques jours pour m’expliquer en détail ma rentrée prochaine et que d’ici là je n’avais plus qu’à faire mes valises.
Quand il est parti mon premier réflexe a été de monter te voir dans ta chambre. Tu étais en train de regarder ton programme préféré à la télévision. Cette académie est une chance inouïe à coté de laquelle je ne peux pas passer, mais cela voudrait dire que je dois vous quitter, que je dois te quitter… Oncle Gene s’occupe bien de nous, mais tu sais que maman n’est plus tout à fait pareil depuis l’accident de papa : ses cauchemars, ses moments d’absence, ses crises des panique… J’ai peur que cela empire si je m’en vais.

Mais d’un autre côté jamais plus une telle occasion ne se représentera.

Je ne sais pas quoi faire Thibault,

Je t’aime,

Penny
2017




codage by Sybline


Dernière édition par Pénélope Steller le Lun 8 Jan - 18:49, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 114
Date d'inscription : 24/09/2017



MessageSujet: Re: Pénélope Steller | Fiction is the truth inside the lie.   Dim 17 Déc - 22:55

affraid pompom I love you

Un tout grand merci d'avoir pris ce scénario. Je ne peux qu'approuver le choix de l'avatar également, et pour ce qui est du déjà écrit (caractère et anecdotes) ça me semble déjà parfait !
Je suis surtout content de voir que tu ne vas pas en faire qu'un perso qui gravite autour du mien (c'était un peu la crainte que j'avais, que le scénario soit prit et n'existe que pour le lien). Du coup j'ai d'autant plus hâte de découvrir l'histoire que tu lui prépare.
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 16
Date d'inscription : 17/12/2017



MessageSujet: Re: Pénélope Steller | Fiction is the truth inside the lie.   Dim 17 Déc - 23:39

Je suis très heureuse que le peu qui soit déjà écrit arrive à satisfaire tes attente et j'espère ne pas te décevoir pour la suite! pompom Very Happy
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 175
Date d'inscription : 23/09/2017



MessageSujet: Re: Pénélope Steller | Fiction is the truth inside the lie.   Mar 19 Déc - 16:01

Bienvenue sur le forum, aussi presque-crevé soit-il! Il était grand temps que tu nous rejoignes. Avec un peu de chance ça va lui redonner un coup de neuf, qui sait. La grande sauveuse est-elle parmi nous?

Trêve de débilités! Bon courage pour la suite de ta fiche bien que je n'ai pas l'impression que tu en ai beaucoup besoin, c'est déjà très bien parti et j'ai hâte d'en lire plus même si je connais déjà les grosses lignes. En tout les cas il faudra qu'on réfléchisse à un lien entre nos deux zouzous. J'ai pleins de ragots croustillants à te proposer sur Stu.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


MEMBREAussi rebelle que sa mère !


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 286
Date d'inscription : 21/09/2017



MessageSujet: Re: Pénélope Steller | Fiction is the truth inside the lie.   Mar 19 Déc - 20:46

Bienvenue parmi nous Pénélope Smile
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 114
Date d'inscription : 24/09/2017



MessageSujet: Re: Pénélope Steller | Fiction is the truth inside the lie.   Mar 19 Déc - 21:06

La suite ! la suite ! la suite !

Et ça se dit meilleur pote... Merci Andy....
Revenir en haut Aller en bas

avatar


CO-FONDATRICEPrincesse des Neiges


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 186
Date d'inscription : 21/09/2017



MessageSujet: Re: Pénélope Steller | Fiction is the truth inside the lie.   Mar 19 Déc - 21:09

Bienvenue Penny...
Je suis contente que le forum te plaisir.
Merci de poser tes bagages chez nous

Si tu as la moindre question hésite surtout pas





Dernière édition par Flora Frozen le Mar 19 Déc - 21:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 175
Date d'inscription : 23/09/2017



MessageSujet: Re: Pénélope Steller | Fiction is the truth inside the lie.   Mar 19 Déc - 21:10

Ce sont des ragots très gentils et respectueux de ta personne, Stuart... Douterais-tu de moi?


Dernière édition par Andrea Collodi le Mar 19 Déc - 21:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 114
Date d'inscription : 24/09/2017



MessageSujet: Re: Pénélope Steller | Fiction is the truth inside the lie.   Mar 19 Déc - 21:16

Si je doute de toi ? Mais non.... je n'oserais pas.

Présidente Penny je te présente Flora.

Flora, je te présente la meilleure présidente : Penny.
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 16
Date d'inscription : 17/12/2017



MessageSujet: Re: Pénélope Steller | Fiction is the truth inside the lie.   Mar 19 Déc - 21:29

Enchantée Flora!

Merci à tous pour ces accueils chaleureux!

Promis mon cher Stuart, je me dépêche à finir cette satané fiche! (ce soir ou demain j'espère!)
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité







MessageSujet: Re: Pénélope Steller | Fiction is the truth inside the lie.   Lun 1 Jan - 21:20

Bienvenue sur le forum ^^
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 114
Date d'inscription : 24/09/2017



MessageSujet: Re: Pénélope Steller | Fiction is the truth inside the lie.   Lun 1 Jan - 21:27

alors ça avance ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 175
Date d'inscription : 23/09/2017



MessageSujet: Re: Pénélope Steller | Fiction is the truth inside the lie.   Lun 1 Jan - 22:30

Va lire mon message dans les absences au lieu de faire chier, toi.
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 114
Date d'inscription : 24/09/2017



MessageSujet: Re: Pénélope Steller | Fiction is the truth inside the lie.   Lun 1 Jan - 22:48

Moi aussi je t'aime ^^
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 55
Date d'inscription : 16/10/2017



MessageSujet: Re: Pénélope Steller | Fiction is the truth inside the lie.   Jeu 4 Jan - 9:45

*smiley coeur*
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 114
Date d'inscription : 24/09/2017



MessageSujet: Re: Pénélope Steller | Fiction is the truth inside the lie.   Lun 8 Jan - 18:57

Héhé juste pour te dire que j'adore ce que tu as fait du perso. J'approuve totalement ! Je laisse donc le champ totalement libre au staff de te valider ^^
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 16
Date d'inscription : 17/12/2017



MessageSujet: Re: Pénélope Steller | Fiction is the truth inside the lie.   Lun 8 Jan - 21:27

Merci beaucoup! Je suis vraiment heureuse que cela te plaise! C=
Hâte de pouvoir commencer à faire rp nos deux petits ensemble! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas

avatar


CO-FONDATEURDemi Dieu Lumineux


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 50
Date d'inscription : 19/10/2017



MessageSujet: Re: Pénélope Steller | Fiction is the truth inside the lie.   Lun 8 Jan - 21:40

Ta vie n'a pas été facile petite Penny, mais tu vas te faire des amies, d'ailleurs, dans ton fan club de Stuart, il y a un de mes persos ^^

En tous cas, j'espère que tu vas te plaire et t'amuser ici, et surtout, surtout, que Penny soit exactement ce que tu veux qu'elle soit, une fille qui a connu l'enfer mais qui va s'en sortir ^^


Tu es validéééééééééééééééée



   
Moriang
   
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 16
Date d'inscription : 17/12/2017



MessageSujet: Re: Pénélope Steller | Fiction is the truth inside the lie.   Lun 8 Jan - 21:53

Merci beaucoup!
Je pense en effet que Penny va bien s'épanouir sur ce forum ma foi sympathique! =D
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Pénélope Steller | Fiction is the truth inside the lie.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pénélope Steller | Fiction is the truth inside the lie.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [3ème année et +] #Cours 1# Le sortilège de stupéfiction
» Hidden Truth [ Partenariat ] Fermé
» Number One Contender for the LMDC Unified Tag Team Titles Zac Ericson & Carlito Vs R-Truth & Daniel Bryan
» Pénélope Deauclaire [Gryffondor]
» Pénélope Solète, agent du gouvernement.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Heirs of The Tales :: Gestion des personnages :: Vos présentations :: Fiches Validées
-
Sauter vers: