Partagez | 
 

 Ma vie de courgette (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 175
Date d'inscription : 23/09/2017



MessageSujet: Ma vie de courgette (pv)   Lun 25 Sep - 11:41

Andrea n'avait pas enfilé une tenue adaptée à la pratique du sport principalement parce qu'il n'en avait pas apporté avec lui et que de toute façon il ne comptait pas s'abonner à une quelconque pratique sportive. Il n'avait pas eut l'occasion de faire lui-même ses valises et de toute façon ses parents avaient brûlés ses shorts de sport il y avait bien longtemps. Malgré ses quinze ans il n'achetait pas ses habits, ayant toujours laissé cette tâche à sa mère sans que cela ne lui paraisse étrange. C'était pour elle comme pour lui tout naturel. Ça avait bien commencé à le déranger à partir de ses douze ans mais il s'était contenté d'un bref commentaire marmonné dans sa barbe lors d'une visite dans un magasin de chaussures. Sa rébellion s'était vite vu étouffée par une Lituanie de Tu as toujours été un enfant très fragile, je ne veux que ton bien. Je sais ce qu'il y a de mieux pour toi. Ça prenait en compte les textiles qu'il devait porter apparemment. Néanmoins il avait été plus régulièrement invité à venir faire les boutiques.

Le gymnase était presque vide, si ce n'était pour quelques groupes d'adolescents. Les plus bruyantes étaient des cheerleaders qui accompagnaient leurs acrobaties de petits piaillements et gloussements. Au moment de défaire la petite pyramide humaine qu'elles avaient formées, une d'entre elle tomba sur le matelas qui les protégeait, se cognant la tête. Elle partie dans une crise de rire vite rejoint par ses camarades. Andrea donna un coup de pied dans le vide avant d'aller s’asseoir par terre, incliné en avant, les coudes aux genoux. Instantanément le spectre maternel se mit à murmurer. C'est une mauvaise attitude Andy, ne t'assois pas comme ça. C'est mauvais pour tes poumons. Tu as des poumons délicats. Il se redressa, à peine conscient de ce qu'il faisait. L'élève qui était chargé de l'accompagné dans le programme sportif de remise à niveau qu'on lui avait conseillé ne devrait plus tarder à arriver. Andrea se replia sur lui même, les coudes sur les genoux et le visage posé entre ses mains. Il souffla doucement. Si jamais ses parents apprenaient que l'école voulait lui faire faire du sport, le directeur allait recevoir plusieurs convocations au tribunal (il n'avait aucune idée de comment fonctionnait les procès).

"Vous avez ouvert bien grandes vos oreilles? Bon. Mon petit Andrea ne doit pas faire d'éducation physique. Je répète il ne DOIT pas faire d'éducation physique. Andrea est très délicat, et s'il court, ou s'il saute..." Les voix de spectres résonnaient dans sa tête. Son coeur s'emballa. Le souvenir de ce choc des titans, ses parents contre son professeur de sport au milieu du gymnase de l'école élémentaire de sa ville natale. "Les cours sont obligatoires. J'ai dans mon bureau les derniers résultats des examens d'Andrea. Il est un peu petit pour son âge mais absolument normal en dehors de ça. J'ai appelé votre médecin..." "Etes-vous en train de me traiter de menteuse? Il est ici, regardez le! N'entendez-vous pas la manière dont il respire. N'ENTENDEZ-VOUS PAS?" Andrea avait cherché à protester, il...s'il te plait... il allait très bien. "Andrea, ne fais pas l'idiot. Je t'ai mieux élevé que ça. N'interromps pas un adulte quand il parle." "Je l'entends très bien, madame, mais-" "Bon! Je vous ai cru sourd pendant une minute! Il fait autant de bruit qu'un camion qui monte une côte en première, non? Et si ça ce n'est pas de l'asthme... Tais-toi, Andrea. Ne me coupe pas encore la parole. Si ça ce n'est pas de l'asthme alors je suis la reine d'Angleterre." Sa mère poursuivait le professeur de ses vociférations, lui haletait et se faisait tout petit à ses côtés. Les enfants c'étaient tous rassemblé près du panier de basket au fond du terrain et les observaient avec une fascination non dissimulée. "Andrea a souvent l'air de beaucoup s'amuser aux cours d'éducation physique. Il adore participer à des jeux et il court très vite. Au cours de ma conversation avec votre médecin les termes "psychosomatique" et "somatisation" sont apparu. Je me demandais si vous n'avez pas envisagé la possibilité que-" Andrea était à peu près sûr qu'il n'avait jamais vu sa mère aussi furieuse. Même lorsque sa babysitter l'avait amené à la piscine municipale elle n'avait pas autant pété les plombs. "Que mon fils est cinglé? Est-ce ce que vous êtes en train de me dire? VOUS ETES EN TRAIN DE ME DIRE QUE MON FILS EST CINGLÉ?" La conversation avait coupé court lorsque Andrea s'était retrouvé à faire l'une des crises d'asthme les plus monumentales qu'il ne lui avait été donné de faire.

Il est délicat. Andrea enfonça l'inhalateur dans sa bouche et comme quelqu'un qui simulerait un suicide il appuya sur la détente. Il inspira profondément. Il n'avait pas envie de suivre un programme de sport, il voulait rester dans sa chambre à lire. Ça ne l'intéressait plus de faire de l'escrime, du football ou du basket (de toute façon il était trop petit pour ça). Il garda son inhalateur à la main.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


MEMBRELe plus Beau n'est plus Gaston !


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 141
Date d'inscription : 21/09/2017



MessageSujet: Re: Ma vie de courgette (pv)   Lun 25 Sep - 12:28


On m'avais proposer de donner des cours de remise à niveau pour certains élèves qui n'étaient vraiment en condition physique. C'était vraiment sympa et en plus, on me payais ! Que demander de mieux ? Je ne sais pas s'il y avait d'autre professeur particulier comme moi ou si j'étais le seul. J'avais donc accepter sans hésité, le sport était le seul domaine ou j'excellais. Ce qui était vraiment rare pour être noté.

J'étais un peu en retard, ça par contre ce n'était pas rare, je me levais faisant du bruit réveillant certainement Bran, mais pas grave ! J'enfilais un jogging et je m'élançais, je me stoppais au millieu du couloir, je fis donc demi-tour et attrapais un autre jogging, on ne sais jamais. Ça peux toujours servir. Je passais par la cuisine, attraper des œufs que je cassais pour me faire une boisson protéinée comme tous les matins. Papa lui en prenais 47, moi j'en étais qu'a 19. C'est donc en marchant que j'avais cette boisson ignoble mais qui ne me dérangeait plus avec le temps.

J'arrivais dans le gymnase cherchant des yeux mon élève, je le trouvais rapidement. C'est un gamin chétif, j'allais devoir commencer doucement pour ne pas le casser. Je m'approchais de lui, tout souriant. J'avais prévu de ne pas me présenter comme « fils de » comme ça s'il ne savait pas, j'avais plus de chance d'être écouté et s'il savait déjà, et beh pas grave ! Arrivé devant lui, je lui tendis une main

« Bonjour, je suis Beau, excuse-moi pour le retard » brusquement je me souvenais de ma première discutions avec Bran et je me repris « Beau c'est mon prénom hein! »

Je passais ma main dans mes cheveux longs avant de les attachés en une queue de cheval négligée

« Alors, dis moi, tu connais ton niveau en sport ? »



Dernière édition par Beau de Monfort le Mer 27 Sep - 16:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 175
Date d'inscription : 23/09/2017



MessageSujet: Re: Ma vie de courgette (pv)   Lun 25 Sep - 13:05

Une main apparut juste sous son nez et Andrea eut le réflexe de reculer son visage avec une grimace de dégoût. Il ne fit pas un mouvement pour la toucher, relevant plutôt les yeux vers le jeune garçon qui venait de faire son apparition. Il était grand (mais tout le monde semblait grand de son point de vu...), doté d'une musculature qu'on devinait facilement sous son t-shirt et qu'Andrea jalousa pendant quelques brèves secondes, les traits fins et des cheveux qui auraient pu être la cause de moqueries de la part du plus jeune. Il ne fit cependant aucune réflexion parce qu'il n'y pensa pas, parce qu'étrangement les cheveux longs lui allaient bien. Il ne ressemblait pas à une fille.
Quand son interlocuteur se présenta, Andrea ne put retenir une moue de surprise. Elle s'accentua quand "Beau", donc, lui expliqua que c'était son prénom. Ses parents n'avaient pas froids aux yeux. Et qui choisissait d'appeler quelqu'un comme ça? Fallait être sacrément tordu. C'était tout de même impressionnant qu'il puisse encore s'étonner des prénoms de ses camarades. Au fond Beau n'était pas le prénom le plus bizarre qu'il ait entendu. Parfois Andrea avait l'impression que beaucoup de personnes importantes des royaumes souffraient de profondes dyslexie quand il lisait les petits papiers indiquant nom et prénom sur les tables de ses camarades.

Heureusement que ça va. T'aurais eu l'air complètement idiot à te présenter comme ça si t'étais moche. Ca va s'approchait d'un "que tu t'en sors bien au niveau de la génétique". La situation aurait pu être quand même très cocasse. Il s'imagina un adolescent boutonneux à la plastique peut flatteuse portant un nom comme ça. Les parents n'avaient pas idées de la facilité avec laquelle ils pouvaient faire vivre un Enfer à leur gamin avec un simple prénom. Même celui-ci n'avait pas du être toujours facile à porter.

La main tendue vers lui disparue. Tant mieux. Andrea n'avait pas envie de se lancer dans de grandes explications sur les raisons qui le poussait à ne jamais serrer la main de quelqu'un. Personne ne semblait réaliser à quel point c'était dégoûtant, les mains. Ça traînaient partout et se gorgeaient de bactéries en tout genre toute la journée.
Il rangea la ventoline au fond de sa poche avant de se relever. Andrea épousseta rapidement ses mains sur son pantalon avant de se redresser, levant les yeux vers Beau. Il avait l'air sincèrement embêté.Oui. Alors... c'est un peu gênant, je suis désolé. Tu t'es déplacé pour rien, en fait. Parce que c'est une méprise, je fais pas de sport. J'ai une dispense. Une dispense des parents ne comptant pas comme une dispense de médecin mais Andrea savait très bien que s'il en avait besoin il pourrait s'en procurer une à la pharmacie. Ou sinon ses parents viendraient d'eux-même brûler le gymnase et tout matériel sportif.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


MEMBRELe plus Beau n'est plus Gaston !


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 141
Date d'inscription : 21/09/2017



MessageSujet: Re: Ma vie de courgette (pv)   Lun 25 Sep - 16:42


Il me fit rire, il était comme Bran, lui aussi avait fait un commentaire sur mon physique par rapport à mon prénom. C'est vrai que pour les autres ça devait être étrange. Remarque, imaginer un laideron s'appeler Beau ou Belle serait parfaitement drôle de mon point de vue.

« Et ben, je prend cela comme un compliment, cela vaux mieux avec un prénom comme le mien tu ne pense pas ? »

Je lui fis un clin d’œil et j'attachais donc mes cheveux, avisant aussi autour de nous ce que j'allais pouvoir lui faire, faire. Parce que il semblait clairement impossible pour ce petit bonhomme de soulever de la fonte ! Il risquerais d'y passer et de se faire écraser rien que par la barre !!

Je remarquais aussi sa petite ventoline, sur l'Île, il n'y avait que peu d’asthmatique mais on connaissait quand même. Un regard un peu triste se posa sur le petit, le pauvre tu m'étonnes qu'il était aussi chétif, ce n'était pas une maladie à prendre à la légère... Il se redressa et m'expliqua qu'il était dispenser et qu'il devait y avoir une méprise … Merde c'était peut être pas le bon élève … Je regardais autour de moi et a part les cheerleaders, dont une me fit de grand signe. Maisie, Manon.... ou un prénom comme ça, je ne me souviens déjà plus d'elle. Je reportais mon attention sur lui

« Ah.... Je ne sais pas quoi faire du coup, je pensais me faire de l'argent avec ce cours... Tu as une idée de pourquoi l'école veux t'obliger à faire du sport si tu as une dispense ….? »

Je ne me doutait pas que c'était sa mère qui avait tout manigancé et non le médecin.


Dernière édition par Beau de Monfort le Mer 27 Sep - 16:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 175
Date d'inscription : 23/09/2017



MessageSujet: Re: Ma vie de courgette (pv)   Lun 25 Sep - 20:25

Andrea haussa les épaules et plongea ses mains dans ses poches. Au moins Beau (quel idée ce prénom...) n'avait pas l'air du genre prise de tête. Ni du genre modeste d'ailleurs. La modestie était une valeur importante que lui avait enseigné ses parents qui ne semblait malheureusement pas très à la mode à l'académie. C'était difficile d'en vouloir à ses camarades. Ça pullulait de princes et princesses de différents royaumes qui devaient faire leurs preuves par tout les moyens. Il fallait prendre des pincettes avec tout le monde si on ne voulait vexer personne. C'était un exercice épuisant auquel Andrea ne se pliait pas.
Le plus simple était encore de ne parler à personne. Oui, si tu veux, c'est un compliment. J'en pense rien du tout en vrai. En vrai il en pensait que quand quelqu'un te fais un compliment tu dis merci. Et que de toute façon il ne lui avait pas fait de compliment, pas vraiment.

Andrea faisait passer son poids d'un pied à l'autre, créant un mouvement de balancier qui devenait rapidement fatiguant. Il perdait son temps, il faisait perdre son temps à Beau. Il n'aurait même pas du se lever plus tôt pour venir au gymnase. C'était mauvais pour la santé d'avoir un rythme de sommeil irrégulier. Il irait en parler à la direction ou à l'infirmière s'il en avait l'occasion. Il voulait bien accepter d'avoir des cours à 20 heures parce que ça avait quelque chose d'assez chouette (parce que c'était encore le début d'année). En même temps sa changeait de la routine. Puis il aurait peut être eut des ennuis s'il ne s'était pas au moins présenté. Certes, il en aurait plus tard pour avoir refusé de faire cours mais ce n'est pas comme ci ses parents pouvaient être prévenus.

Il haussa une nouvelle fois les épaules à sa question, réponse universelle qu'il chérissait.Aucune idée. Enfin si, p't-être qu'ils sont débiles? Je suis pas à leur place. Mais ce que je sais c'est que je peux pas faire de sport. Il n'avait pas envie de faire du sport et encore moins de servir de prétexte à un élève pour se faire de l'argent sur son dos. C'était complètement irresponsable et dangereux. Les professeurs ne pensaient vraiment à rien dans ce bahut, c'était affligeant. Et de toute façon je ne vais pas m'entraîner avec autre chose qu'un professionnel. Tu sais a quel point ça peut être dangereux de faire un mauvais mouvement? Et si je termine avec un traumatisme au genoux? Ou une balle de Baseball dans le crâne? C'est un coup à se péter le crâne. Je tiens pas finir déformé à vie.


Dernière édition par Andrea Collodi le Mer 27 Sep - 0:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar


MEMBRELe plus Beau n'est plus Gaston !


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 141
Date d'inscription : 21/09/2017



MessageSujet: Re: Ma vie de courgette (pv)   Mar 26 Sep - 10:25


« Tu es un petit marrant toi non ? » amusé

Depuis toujours, j'avais été confronté à un entraînement intensif imposé par mon père. 10 pompes et 15 tractions AVANT le petit déjeuner composé que d’œufs cru, puis je soulevais de la fonte pendant 15 minutes avant d'aller faire un long jogging,ou plutôt de la course à pied jusqu'au quasi évanouissement, j'avais le droit après de me reposé deux heurs avant d'aller à l'école, j'avais dit que je me levais très tôt ? Mon père me suivait à chacune des étapes, et notait. Bien entendu ça, c'était au début de l’entraînement, maintenant 13 ans après, et même si je ne l'avais pas fait ce matin, c'était 40 pompes donc 5 avec une seule main, 45 développer-coucher AVANT le petit dej' toujours composé d'oeuf bien que j'y mettais du lait parfois ça enlevait le goût, puis la fonte pendant 15 minutes toujours mais pas les mêmes poids, et enfin la course d'endurance...

Et malgré tout ça, je n'avais pas de cou de taureau comme mon père ou bien de torse viril, non je restais aussi « androgyne » quand même, peut être un cadeau de ma mère que je n'avais jamais connu ? Je le regardais il se dandinais comme un enfant, c'était presque mignon.

« Ah, les profs sont généralement débiles, et l'administration encore plus. Tu ne veux pas faire de sport, certes.... Mais que penses-tu d'un jeu de cartes ou autre ?Maintenant qu'on est debout... »
il m'expliqua aussi son point de vue, et je pu que rire doucement, il était vraiment tordant ce gamin « J'ai 17 ans et je fais du sport quotidiennement, et ce pendant de longues heures, depuis mes 4 ans. Donc oui je sais que les faux mouvements sont dangereux, mais facilement évitable en étant concentré et bien échauffé. Et Oh mes dieux, mais qui te met toutes ces idées en tête ? Tu n'as jamais fait de sport de toute ta vie? »

Cette fois, j'avais ma mâchoire prête à se décoller, comment cela était possible ? Fébrilement, j'attrapais une cigarette de ma poche et la calait derrière mon oreille me sentant apaiser. J'irais fumer après dehors, je crois que le gamin nous ferais une syncope si je fais ça devant lui.


Dernière édition par Beau de Monfort le Mer 27 Sep - 16:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 175
Date d'inscription : 23/09/2017



MessageSujet: Re: Ma vie de courgette (pv)   Mer 27 Sep - 2:12

Non. Lui, un marrant? Non, pas vraiment. On ne l'avait jamais considéré comme un marrant sauf pour se moquer de lui et Andrea ne s'était jamais considéré comme particulièrement drôle. Il n'arrivait pas à lire le visage de Beau, si celui-ci se foutait de lui ou non. Pourtant il n'avait rien dit de particulièrement amusant. Pas qu'il le sache. Beau n'avait pas l'air de se foutre de lui non plus. Tant pis, mieux valait laisser couler.

Ou peut-être que si au final, peut être qu'il se fichait bien de lui, à ponctuer chacune de ses phrases par un rire. Andrea se renfrogna légèrement, arrêtant de se trémousser. Beau avait les chevilles gonflées et se montrait condescendant. Ça ne lui plaisait pas vraiment. Tu veux me faire croire que ça fait douze ans que tu fais du sport alors que t'es à peine plus épais que... que mon bras? Andrea n'était pas doté d'une formidable éloquence et perdait vite ses moyens quand il s'énervait. Si Beau n'était pas prêt de grimper sur les podiums dédiés au culturisme, il semblait quand même bien en forme. C'était évidement le plus agaçant. Le métabolisme de certaines personnes ne les autorise pas à faire du sport. C'est pas que je veux pas, c'est que je peux pas. Andrea dégagea son front d'une mèche de cheveux et sa main retrouva tout de suite le chemin jusqu'à sa porte. Il savait qu'il disait n'importe quoi. Il en avait conscience et était bien plus furieux contre lui que contre Beau. Il avait déjà fait un peu de sport quand il était petit, mais rien de sensationnel. Juste des jeux que les gamins fond, quelques échauffements. Maintenant il ne pourrait certainement plus. Sa santé ne le lui permettrait pas. Il essayait de s'en persuader, préférant mettre Beau en tord (et en espérant qu'il regrette de l'avoir prit ainsi de haut) plutôt que lui. Il se sentait bête mais ne l'aurait avoué pour rien au monde. C'était bien pour se séparer de ses parents et vivre un peu plus librement qu'il était venu à l'académie. Pourquoi est-ce qu'il s'évertuait à ne rien tenter, à rester cloîtrer en se répétant les conseils que son père et sa mère ne pouvaient plus lui donner.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


MEMBRELe plus Beau n'est plus Gaston !


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 141
Date d'inscription : 21/09/2017



MessageSujet: Re: Ma vie de courgette (pv)   Mer 27 Sep - 10:13


Sa réponse avait claqué et raisonné dans tous le gymnase, vous savez, ce genre de ''non'' qui claque. Mais, je n'étais pas si susceptible que ça. BON contre l'autre Rouquine c'est différent, elle m'avait humilié en me battant, c'est plus que de la susceptibilité, c'était LOGIQUE ! Je roulais cependant les yeux, récupérant ma clope jouant à la faire tourné entre mes doigts. J'essayais d'arrêter... Mais j'avais quand même besoin de m'occuper les mains dans ce genre de situations...

Il était sceptique, à juste titre, cette conversation m'ennuyais, je commençais à croire que c'était un mensonge, il n'avait pas l'air d'avoir envie de faire du sport non plus.

« C'est vrai je suis plutôt petit » c'était vrai, j'étais beaucoup trop petit pour mon âge, pas autant qu'Andrea certes, « le sport, à la fréquence quotidienne et aussi longtemps, a finie par stopper ma croissance d'après le médecin, mais mon père n'en a eu que faire. C'est pour ça que je suis si petit pour mon âge , même ma sœur est plus grande. Je ne suis pas du genre à prendre en masse musculaire, il y a ceux qui ne grossisse pas, moi je ne me muscle pas. Même si j'aurais aimé avoir un cou de taureau ou des beaux biceps » j'avais craché, énervé non pas après l'autre, mais aussi après moi. « Cependant, et si tu veux je relève le défis, j'ai l'endurance de quelqu'un qui s'entraîne depuis tant d'année. »

Je regardais la cigarette avec une folle envie, j'avais commençai à fumer très tôt. Par esprit de contradiction, pour contrarier mon père. Mais, fumer n'est jamais la bonne idée. Il le pouvais donc pas faire de sport, des excuses hein ? Je le regardais de haut en bas.

« Très bien, je comprends. » et c'était vrai, j'avais souvent ressentit ça plus jeune. Mais lui, je crois que c'est pile le milieu entre moi et lui. « Que fait-on maintenant ? Du coup, on est debout et peut-être bien les seuls »

Il était en colère, je le sentais, mais répondre par la violence, n'était pas la bonne chose à faire. Il allait penser que les fils de Méchants étaient tous des cons. Tous autant que nous étions, faisions tous pour ne pas donner raisons aux racistes. Mais parfois, comme ici c'était quand même très dur.
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 175
Date d'inscription : 23/09/2017



MessageSujet: Re: Ma vie de courgette (pv)   Jeu 28 Sep - 0:00

Il ne s'attendait pas à un tel monologue. Andrea se retrouva assommé par tout ce que Beau avait à dire, tout ce qui semblait lui peser sur le coeur. Il avait plus l'habitude d'être celui qui parlait trop et à qui on ordonnait de se taire. Maintenant que les rôles étaient inversés il comprenait à quel point il pouvait être fatiguant. Toutefois il n'en dit rien à Beau, s'arrêtant même de l'écouter pour suivre le fil de ses propres pensées. Le blabla de son interlocuteur avait eut le mérite de le calmer. Andrea avait retrouvé une respiration plus tranquille. Son regard glissa sur le grand gymnase étrangement tranquille. En même temps il était trop tôt pour le début des cours. Pendant un instant Andrea se demanda s'il allait avoir des soucis pour avoir une fois de plus refusé de participer à une activité sportive. Le corps enseignant se découragerait surement avant lui.

A la question de Beau il haussa une fois de plus les épaules. Il n'en savait fichtrement rien de ce qu'ils pouvaient faire. Lui il avait envie de retourner se coucher et de se lever beaucoup plus tard, de louper les cours s'il le fallait. Il garda cette réflexion pour lui et pour prouver sa bonne volonté à se rabibocher avec le garçon prit la parole. On a qu'a jouer aux cartes, comme t'as dit. Andrea était mauvais aux cartes mais tant pis. Ils n'avaient qu'à faire une partie pour la prospérité et ensuite chacun repartirait de son côté. S'il arrivait à se mettre Beau dans la poche, il pourrait lui dire de plaider en sa faveur devant la prof d'EPS. Tu sais que c'est vraiment très mauvais pour un sportif de fumer? Tu devrais arrêter. J'ai entendu dire qu'une cigarette fumée retirait onze minutes de vie. Et ça augmente le risque de crises cardiaques. En plus y'a pas le droit de fumer dans l'enceinte de l'académie. Ou peut-être pas, peut-être qu'Andrea aurait mieux faire de se taire au lieu de faire un étalage de science qui n'était nouveau pour personne et n'allait pas l'aider à bien s'entendre avec Beau. Il rajouta rapidement pour faire bonne mesure. Je vais pas cafter, je dis ça pour toi c'est tout.
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 14
Date d'inscription : 29/09/2017



MessageSujet: Re: Ma vie de courgette (pv)   Mer 4 Oct - 21:42

Lily voulait absolument voir ça. Andy avait laissé planer le doute sur ce qu'il allait faire de sa matinée mais Stu avait vite craché le morceau. Tout se savait entre eux. Andy, faire du sport ? Lily n'aurait raté ça pour rien au monde. PIRE ! C'était un élève qui allait lui donner sa petite remise à niveau. Lily en pleurait de rire d'avance. Le pauvre ne savait pas dans quoi il s'embarquait et serait vite découragé. Entre ses excuses à la con sur son asthme et ses parents un peu perchés, faire du sport à Andy se révélait être une prouesse pédagogique miraculeuse pour les professeurs. Alors pour un élève...

Quand Lily avait appris que Andy était asthmatique, elle ne savait pas ce que c'était. Elle le voyait parfois respirer avec difficulté et Lily se sentait mal à l'aise devant ses crises. Elle avait toujours ignoré comme avoir pitié. Elle avait trouvé Andy chiant à mourir, s'il ne pouvait pas la suivre dans ses jeux. Mais elle avait tout de même un peu de peine. Puis elle a commencé à le connaître. Lily et Stu ne l'avaient jamais obligé à courir. Après tout, il était malade. Mais lorsque Andy se retrouvait assis tout seul et voyait ses amis jouer comme des fous, il avait vite rejoint la troupe. Andy était le meilleur coureur du groupe. S'il avait du mal à virer d'un côté ou de l'autre - et encore avait-il fait des progrès formidables - son ami était un sprinter hors-pair. Sur une ligne droite, Lily savait qu'elle était incapable de le distancer. Elle avait vite compris que le coup de l'asthme, c'était plus compliqué et qu'il dramatisait beaucoup ses problèmes. Andy chouinait beaucoup, refusait de trop faire d'effort mais finalement, il n'était pas aussi fragile que ce que sa mère hurlait quand elle les prenait en flagrant délit d'un chat perché.

Au collège, Andy avait toujours réussi à esquiver les cours d'EPS. Simplement par ses dispenses. Alors ce matin, juste pour rire un coup, elle avait voulu venir voir ce cours. Le réveil fut coriace. Elle traîna longtemps dans son lit. Pour se donner du courage, elle appela Stu pour être accompagnée. Mais Stu dormait. Tant pis. Des crottes encore au coin de l’œil et le visage boursouflé de fatigue, elle se traîna jusqu'au gymnase.

Il y avait une odeur matinale et quelques rires parmi les élèves déjà présent. Plusieurs entraînements. Lily n'avait jamais compris pourquoi les gens devaient nécessairement s'entraîner très tôt. Andy l'avait rejoint sur ce point, une fois "Ca traumatise le corps" qu'il avait dit. C'était sûrement très vrai et Lily était rarement d'accord avec son ami. Elle aperçut le duo de loin. Le cours commençait bien : Le professeur de fortune avait déjà la clope aux becs. Lily ne le reconnu pas immédiatement. Il lui semblait que c'était le bolosse qui se tapait plein de meufs du bahut. On disait de lui que c'était pas une lumière. Lily ignorait qui étaient ses parents et quelque part, s'en battait un peu les couilles. Lily trouvait toujours les parents chiants et ne voulait jamais vraiment entendre parler d'adultes. Sauf quand les adultes faisaient des trucs marrants comme la mère d'Andy qui réclamait son bisou quand ils venaient chercher leur ami.

Lily sautilla vers eux à toute allure. Elle avait voulu faire un plaquage à Bolosse mais se rappela qu'une fois, quelqu'un s'était ouvert le crâne à cause d'elle. Elle prit alors une allure sportive de boxeuse et se mit à taper sur les épaules du garçon comme sur un sac de sable, le faisant doucement reculer et voulant le déstabiliser. Lily, qui avait pris l'habitude de jouer avec des gorilles et des animaux avec une force considérable, avait elle-même une force qu'elle ne contrôlait pas. Parfois, blessant ses propres amis dans ses jeux.

Aller ! On y va ! On respire ! Gauche ! Droite ! Gauche ! Gauche ! Uppercut ! Et c'est le buuuut ! Elle leva les bras en l'air comme pour célébrer la victoire et se tourna pour courir un peu plus loin et revenir. Lily était toujours pleine d'énergie. Même le matin. En revenant vers les garçons, elle prit la clope de Bolosse pour tirer une latte. Alors ? Vous foutez quoi, les tarlouzes ? Elle le lui rendit, comme si tout était normal.

Lily avait commencé à fumer avec Andy et Stu. Elle ne fumait qu'occasionnellement, quand il y avait une raison de fumer. Jamais toute seule parce qu'elle n'aimait pas ça. En vérité, Lily se souvenait parfaitement se sa première latte. De la tête qui lui tournait. Du goût dégueulasse. Mais c'était Andy qui l'avait proposé. Et Lily s'était refusé d'être plus peureuse que Andy. Quand Andy proposait de faire des conneries, il fallait le suivre. C'était une obligation sous peine de sanctions terribles comme la perte de toute dignité ou la semaine de la honte.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


MEMBRELe plus Beau n'est plus Gaston !


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 141
Date d'inscription : 21/09/2017



MessageSujet: Re: Ma vie de courgette (pv)   Dim 8 Oct - 20:25


Cette conversation commençait sérieusement à m'ennuyer. Pas n'importe quel ennuis, le plus profond de tous. Je m'étais levé pour ce chiard et celui-ci ne voulait même pas faire du sport. J'étais peut-être idiot, mais je sentais quand il y avait Bête sous gravillon, et là, la Bête était énorme !!! Je roulais des yeux légèrement, discrètement, je ne savais pas comment m'en sortir de cette fâcheuse histoire. En plus je n'avais pas fait de sport, ça me démangeait, vraiment. L'ennuis certainement... J'avais envie de me flingué pour avoir proposer la partie de cartes, peut-être aurais-je pu m'en sortir sinon.

Il me parla de ma cigarette me rappelant les mauvais effets sur mon corps, j'avais encore une fois envie de rouler des yeux. S'il savait, j'avais commencé pour aller à l'encontre de mon père, par provocation. Finalement, il ne me restais qu'une addiction et mon père ne l'a jamais su... L’échec le plus total. Je sursautais en sentant des coups dans mes épaules. Je regardais ébahis, une fille, encore une rousse ! Me taper sans plus d'autres formes, et merde, elle faisait mal ! Bon jamais je l'avouerais à voix haute, quand même faut pas exagérer, mais AIEUH putain !

Cette fille était.... perturbante au plus haut point, elle tira une latte sur ma cigarette et me la rendis avec la même vitesse qu'une... Je ne sais même pas d'ailleurs, elle parlais rapidement aussi, oh mon dieu une excitée du bulbe. Manquait plus que ça ! Entre le chiard et elle... Ma matinée commençait VRAIMENT très mal.

« T'Qui toi ? » fut ma seule parole, ne sachant pas si je devais répondre à sa question offensante ou non, préférant du coup l'ignorer.

Je ne voulais pas qu'on me pense ''Tarlouze'' comme elle disait si bien, elle était plutôt mignonne cela dit. Oui ça va, je reste un homme quand même !

Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 175
Date d'inscription : 23/09/2017



MessageSujet: Re: Ma vie de courgette (pv)   Lun 9 Oct - 0:47

Andrea sentit son camarade changer du tout au tout de comportement. Lui qui était si serein et compréhensif était soudainement tendu et nerveux, fatigué presque. Peut-être était-il allé trop loin ? Andrea se sentit brusquement mal à l’aise. Il réfléchit à ce qu’il avait dit qui aurait pu déclencher tout ça. Peut-être que Beau avait vécu de mauvaises expériences par rapport à la cigarette, un oncle mort d’un cancer ? Andrea hésitait à s’excuser, il n’avait pas franchement l’habitude d’être le méchant de la bande c’était réservé à Lily. Il insultait surtout ses meilleurs amis en preuve de leur grande amitié. Blesser les gens qu’il ne connaissait pas ce n’était pas son dada. Généralement son comportement naturellement puéril et pénible éloignait suffisamment les élèves pour qu’il ait le temps de les blesser. Il laissa échapper difficilement un petit souffle et sortit sa ventoline pour se l’enfoncer dans la bouche. Il activa la détente et respira plus facilement. Après tout il n’avait fait que le prévenir des dangers de la cigarette. Ce n’était pas sa faute si ça le saoulait et le blessait de savoir qu’il risquait de mourir jeune et dans d’atroces souffrances.

Andrea allait enchaîner sur la partie de carte pour rompre un silence gênant quand il se décomposa en voyant Lily entrer dans le gymnase. Qu’est-ce qu’elle faisait là, elle ? A sa tête et ses cheveux ébouriffés elle venait tout juste de se lever. Andrea se donna un nouveau coup de son inhalateur comme pour se donner du courage. Il ne savait pas s’il était heureux ou mortifié de la voir. En les apercevant elle bondit vers eux, retrouvant l’énergie qui la caractérisait tant. Mortifié. Il était mortifié. Stuart avait probablement vendu la mèche. La petite raclure. Andy n’avait même pas le courage de se cacher dramatiquement le visage dans une main, il l’observant juste les bras ballants. Finalement sa ventoline retrouva le chemin de sa poche.

J’suis pas une tarlouze, retire ! Malgré ses quinze ans Andrea restait très tatillon sur le sujet. Depuis leur plus jeune âge ils avaient l’habitude de se lancer des noms d’oiseaux et les insultes homophobes faisaient partie du jeu. En grandissant c’était resté. Andrea se doutait bien que l’énergie qu’il dépensait à contredire Lily ne l’encouragerait pas à arrêter mais il n’était pas sûr que la laisser parler soit une bonne idée non plus. En plus y’a pas de but à la boxe, c’est au foot. Retourne dans ta jungle. Cette fois la réflexion était accompagnée d’un petit sourire narquois. Il se prépara quand même à faire un pas de côté si jamais elle se sentait d’humeur à marquer des buts sur ses épaules. Andrea connaissait la force de la demoiselle. La première fois qu’elle lui avait laissé un énorme bleu sur le bras il avait fondu en larmes. A douze ans c’était le premier qu’il voyait sur lui et savoir qu’un vaisseau sanguin avait pété l’avait mis dans tous ses états. Mais les bleus étaient inévitables quand on jouait avec Lily. Maintenant il se disait que s’il ne les voyait pas, ils n’existaient pas.  On parlait juste. Toi, tu fais quoi ?
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Ma vie de courgette (pv)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ma vie de courgette (pv)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tarte courgette/tomate...
» cherchons caniche à sauver
» Blagues débiles
» Nouvelles polices d'écriture
» TOURTE, Courgettes, Chorizzo et Bûche de Chèvre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Heirs of The Tales :: Le Royaume d'Albion :: L'académie royale
 :: bâtiment principal
-
Sauter vers: